Les montagnes sont des réservoirs de diversité biologique mondiale

 

FAO : Gérer la biodiversité


Les montagnes sont des réservoirs de diversité biologique mondiale. Elles soutiennent un quart de la diversité biologique terrestre et abritent environ la moitié des « points chauds » de la biodiversité mondiale. Cette biodiversité procure des moyens d’existence aux populations des montagnes et fournit des services de base issus des écosystèmes tels que l’eau douce, le bois,...

Les montagnes représentent des îlots uniques de biodiversité, leur diversité dépassant souvent celle des plaines environnantes. Les montagnes isolées abritent des espèces endémiques, c.-à-d. des plantes et des animaux qu’on ne trouve nulle part ailleurs. Face aux changements environnementaux, les zones montagneuses constituent des refuges. Elles sont aussi caractérisées par de faibles perturbations – tels que avalanches, glissements de terrain et pâturages – qui contribuent souvent à l’augmentation de la richesse biologique et de la diversité des habitats.

En tant que réserves de diversité génétique, les montagnes aident à nourrir le monde. Plusieurs cultures telles que le maïs, les pommes de terre, l’orge, le sorgho, les tomates et les pommes, ainsi que de nombreux animaux domestiques comme les moutons, les chèvres, les yaks, les lamas et alpagas, sont originaires des montagnes. D’autres cultures, par exemple, le blé, le riz, les haricots, l’avoine, le raisin, les oranges, et le seigle ont trouvé de nouveaux espaces d’implantation dans les montagnes et ont donné naissance à un grand nombre de nouvelles variétés. De plus, les plans d’eau en montagne abritent aussi des poissons.

Cependant, la bidiversité ne se limite pas aux plantes, aux animaux, et aux micro-organismes, et leurs écosystèmes, elle concerne également les populations des montagnes et leurs besoins de sécurité alimentaire, de médicaments, d’eau douce et d’air frais, d’un abri et d’un environnement propre et sain dans lequel vivre; mais aussi leurs traditions culturelles et sociales, leurs connaissances de l’environnement et leur adaptation aux habitats. Les montagnards ont développé des systèmes très différents d’utilisation de la terre qui sont adaptés localement et qui regroupent une grande variété de plantes et d’animaux sur des sites spécifiques. Cet héritage représente un capital mondial qu’il faut gérer pour le bénéfice de l’humanité et des générations futures.

Source : FAO du 19 décembre 2006

 

 

Accueil du Monde des Pyrénées
Environnement des Pyrénées