De qui parle Roselyne Bachelot ?

 

 

Share

Dans son livre "Le combat est une fête", de l'ex-ministre de l'écologie, Roselyne Bachelot, nous apprend par le détail le scandale des attributions opaques de subventions aux associations de protection de la nature instaurées par son prédécesseur au ministère, Dominique Voynet.

Ce scandale avait pourtant été levé par une enquête administrative qui avait donné lieu à un rapport accablant, mais qui est resté jusqu'à aujourd'hui, lettre morte.

 

Citons simplement ce passage : "… mes prédécesseurs avaient préparé les échéances électorales en jouant les grands seigneurs, et les subventions aux associations avaient augmentées de 39,6% entre 2000 et 2001, passant de 168,1 millions de francs à 234,7 millions (!) sans que le nombre de bénéficiaires évolue ni que les missions confiées soient plus importantes.

Les emplois jeunes voulus par Martine Aubry avaient fait un véritable tabac et les associations environnementales en avaient recruté plus de cinquante mille…/…

Par ce biais, 5 milliards de francs d'argent public étaient injectés par an dans le secteur…/…

Contrastant avec les difficultés récurrentes dans d'autres secteurs, le social en particulier, la première chose qui sautait aux yeux était l'aisance financière des structures subventionnées…/…

C'est ainsi qu'un réseau naturaliste enregistrait 15 millions de francs de réserves…/… Le même réseau naturaliste présentait parallèlement à sa demande de subvention de 3 millions de francs auprès de l'administration centrale, un résultat financier de 780.000 francs provenant de valeurs de placement de 18 millions de francs.

Cette aisance financière avait conduit certains dirigeants à s'accorder des rémunérations qui feraient rêver…/… En 2000, …/… 650.000 francs pour le directeur d'une association savoyarde. Et cette rémunération n'avait fait l'objet d'aucune remarque de la part du service instructeur, alors que notre subvention représentait 44% du fonctionnement."

Le plus inquiétant dans ce système, c'est que Roselyne Bachelot n'a pas eu les moyens lorsqu'elle était ministre de faire cesser totalement ce scandale financier, dont une large part sert à faire des procès aux chasseurs et à l'Etat !

Alors que le Conseil Régional Rhône-Alpes distribue l'argent à tout va, nous pouvons nous interroger sur le nom de l'association savoyarde qui se croit au CAC 40 avec l'argent des contribuables dont certains ont tout juste le SMIC ou une petite retraite pour survivre. Il y a là un aspect nauséabond qui n’inspire que le dégoût.

Haut de page

 

Accueil du Monde des Pyrénées
Les associations écologistes et l'argent public et... privé