Fermeture du Réseau Tee - Territoires-Environnement-Emplois - de la région Rhône-Alpes

 

 

Share

Nous apprenons par Tela Botanica  que le Réseau Tee Rhône Alpes cessera de fonctionner au 30 juin prochain.  Les raisons de cette cessation d’activité : ses partenaires institutionnels financeurs se désengageant de cette opération d’information et d’expertise sur les métiers de l’environnement et plus largement de l’économie verte.


Cette information  nous interpelle sur trois points.

1/ Nous constatons la fragilité de ces emplois associatifs totalement artificiels dépendant uniquement du financement public, c'est-à-dire des contribuables et de la collectivité.

2/ Si ces emplois, avec leurs structures, ont une véritable raison d’exister et s’ils répondent à un véritable besoin de la collectivité, pourquoi cette collectivité ne poursuit-elle pas son financement ou mieux encore, pourquoi ne les incluse-elle pas dans la collectivité ?

3/ Lorsque nous voyons les énormes subventions attribuées à quelques autres associations de protection de l’environnement don t le montant global pour 2010 dépasse le million d’Euros, nous pouvons nous interroger sur les critères de sélection.

Au-delà de la disparition de la structure rhônalpine et de son équipe, c’est le portail Web du réseau Territoires-Environnement-Emplois qui est menacé. Ce portail regroupant 7 réseaux régionaux est financé à 90% par des financements rhônalpins. Il avait été créé om y a 10 ans par Tee Rhône-Alpes qui l’a par la suite développé  et animé avec son équipe appelée à disparaître le 30 juin prochain. Une autre question se pose peut-être : est-ce aux contribuables de Rhône-Alpes de financer les réseaux des autres régions de France ?

La leçon est néanmoins que, même dans le milieu environnementaliste, la crise ne se vit pas de la même manière pour tous. La solidarité pourrait bien n’être qu’un doux rêve.

Louis Dollo, le 5 mars 2011

Le financement des associations écologistes en région Rhône-Alpes

 

 

Accueil du Monde des Pyrénées
Les associations écologistes et l'argent public et... privé