Défendre son troupeau face au loup : une exigence !

 

Chasser est une chose. Tuer un animal en est un autre même lorsqu’il s’agit de défendre son bien. Tuer un loup prend une autre dimension lorsqu’il s’agit de protéger son troupeau. C’est ce qui s’est passé à la chèvrerie de Chez Truffaz, un élevage de chèvres alpines chamoisées, situé à Feternes en Haute-Savoie.


Outre l’élevage, on y fabrique et vend le fromage produit et des visites de la chèvrerie permet à de nombreuse personnes de découvrir cette profession autant que les bêtes qui y sont élevées. Education, vente directe, circuit court, démarche écologique raisonné comme nous en trouvons souvent en montagne. Mais également exploitation en danger face aux prédations du grand carnivore, le loup.

Comme tous les éleveurs et bergers, il aime ses bêtes. En voyant cette photo ci-dessous sur le journal La Provence, le 7 octobre 2014, il poste ce message sur Facebook qui traduit le sentiment de beaucoup d’éleveurs, bergers et amis des bêtes, les vrais !

Nous tenions à ce que ce témoignage reste visible de tous pour longtemps.

 

Je rends ce soir hommage à cet homme... Éleveur, Berger... Qui a ôté la vie, ce qui n'est pas anodin... Par amour de ces bêtes, par amour de son métier...

J'entends depuis des années... -"les bergers devraient surveiller leur bêtes plutôt que de traîner les bistrots" -" le loup n'attaque pas en plein jour" -" les éleveurs accusent le loup pour toucher des indemnités " -"les éleveurs sont dès feignants, incapable de surveiller leur bête " -"en Italie, en Espagne ça se passe tip-top"...

Voilà, ce monsieur vient de démontrer plusieurs choses... - il n’était pas au bistrot - le loup a été tué à proximité du troupeau DE JOUR... - ce monsieur préfère défendre ses bêtes, que ses "indemnisations "

Je n'ai jamais eu de monté de libido devant une bête morte... Il y a suffisamment de jolie fille sur terre pour ça...Je n'ai jamais pris plaisir à voir une bête morte, mon métier, ma copine, ma famille me procure suffisamment de joie dans ma vie...

Je suis par contre satisfait de ce premier tir effectué par un éleveur...

Simplement parce qu'il démontre l'incapacité de nos décideurs, de nos faux écologistes à mettre en place un plan de protection de notre métier, de mon métier efficace... AUCUNE solution n'as été trouvé pour préserver le pastoralisme, la biodiversité, la nature face à ce prédateur...

Bonne soirée à tous, merci à ceux qui me soutiendront, qui nous soutiendront en aimant et partageant ce statut... Merci à ceux qui feront aussi l'effort de comprendre...

 

Voir également :

Haut de page

     

Accueil du Monde des Pyrénées
La faune sauvage des Pyrénées
Le loup