Le Loup en Norvège

Vous êtes ici : Accueil > Faune-Pyrenees > Loups > Europe > Norvege >

A la fin de l'hiver 2005, la Norvège a décidé de réduire de 25% les populations encore fragiles de loups (Canis lupus). La Convention de Berne n'était pas sa préoccupation. Dix ans plus tard, la Norvège fait ouvertement de l'excès de zèle pour la protection de ses quelques loups.

- Un loup à Oslo

Un loup dans Oslo

Le journal à sensation VG a présenté une photo prise depuis le balcon d'un appartement à proximité de la station ferroviaire de Grorud (nord-ouest de la commune d'Oslo), montrant un canidé impressionnant errant dans la ville enneigée.

Plusieurs experts (parmi lesquels le professeur d'univeristé Jon M. Aremo et Morten Kjorstad, conseiller à la Direction de la gestion écologique - Direktoratet for naturforvaltning) ont affirmé à son examen qu'il s'agissait d'un jeune loup. La déclaration du maire d'Oslo Fabian Stang selon laquelle il ne voulait pas de loup dans les rues de la capitale a alors déclenché les protestations des organisations de protection de la nature. Kurt Oddekalv, chef de file de l'Association pour la Protection de l'Environnement (Miljovernforbund), a notamment souligné que le fait qu'un carnivore sauvage se soit égaré dans la capitale est une curiosité qui augmente considérablement sa valeur. "C'est une première mondiale qui montre combien la population d'Oslo est proche de ses origines. C'est une affirmation symbolique de l'état de nature vierge et cela devrait être une fierté pour Oslo".

Kurt Oddekalv soutient que ce loup a tout autant le droit de se trouver dans la capitale que le maire de la commune. "Les gens doivent se réjouir de la présence de ce loup. Si celui-ci doit être relégué hors d'Oslo, alors M. Fabian Stang doit l'être aussi."

Quelques heures plus tard, un habitant du quartier s'est présenté comme étant le propriétaire du loup photographié. Il s'agit en fait de la chienne de la famille, qui ressemble effectivement à un loup, en plus petit. Per Ivar Oskal s'était rendu à la gare et son animal lui avait faussé compagnie pendant environ une heure. C'est un ami, voyant la photo dans les journaux, qui l'a averti que cela pourrait bien être sa chienne.

Cette affaire anodine aura eu tout de même le mérite de relancer un débat sur les mesures de protection des carnivores sauvages. "C'est amusant de voir que lorsque le loup se rapproche soudain des politiciens d'Oslo, on se met à crier qu'il faut le chasser, alors qu'ils pensent que le loup doit se trouver chez lui ici dans l'Ostfold, bien que les spécialistes aient établi que ces loups n'avaient pas un gène norvégien dans le sang, mais viennent de Finlande ou de Russie", a réagi une habitante de la campagne. "Eh bien je dis oui au loup à Oslo, du moment que moi, là où j'habite, je peux de nouveau aller me promener à cheval dans la forêt avec mes chiens en liberté, comme avant."

Source: Norvège-fr du 15 décembre 2009