L'oursonne Auberta orpheline dans le Val d'Aran en Espagne

 

 

L’oursonne, baptisée Auberta, est devenue une véritable vedette protégée de tous les éléments extérieurs à sa vie dite « sauvage. Le 17 avril 2014, âgée de quelques mois, elle était découverte dans le village d’Aubert dans le Val d’Aran en Espagne. Les tentatives pour remettre l’oursonne dans la nature ont toutes échoué. Elle revenait à chaque fois vers les humains. Personne ne sait ce que la mère est devenue ni les raisons de cette séparation. Peut-être l’action d’un mâle ?



En collaboration avec les techniciens français, notamment le Parc animalier des Pyrénées d’Argelès-Gazost dans les Hautes-Pyrénées, les autorités espagnoles ont décidé de la placer en semi-liberté dans un grand enclos sécurisé qui la protège des prédateurs et des curieux.

Selon les informations fournies, la nourriture lui est envoyée du haut d’une falaise de telle sorte que les contacts avec l’homme soient inexistants, afin de bien préparer son retour à la vie sauvage. Le but est évidemment qu’à terme, elle se débrouille toute seule et puisse être relâchée dans la nature. Ce qui est un pur fantasme dans la mesure où l’oursonne n’a pas été éduquée à chercher sa nourriture et la nourriture qui lui est envoyée est, de toute manière, imprégnée.

La Fondation Pyrénées conservation, qui est intervenue dans le financement de l’enclos, a installé une caméra qui permet de suivre l’évolution d’Auberta en direct.

Fin septembre 2014, l’idée de relâcher l’oursonne dans la nature commence à être discutée, voir même remis en cause. Le Conseil Général fait des propositions tendant à envoyer le plantigrade en France.

 


Le Grand Charnier
   

Accueil du Monde des Pyrénées
Ours dans les Pyrénées
Environnement des Pyrénées
L'ours en Europe
Ours en Espagne
Ours en Val d'Aran

 

Auberta, la belle histoire : L’Oursonne orpheline devenue enfant des Pyrénées


Les images de la petite Auberta, l’oursonne orpheline, en direct et accès libre sur les sites web du Parc Animalier des Pyrénées et d’Aran Park ! - Voir les vidéos et la Webcam

Le 17 avril 2014, une petite oursonne orpheline a été trouvée dans les Pyrénées Aranaises, errant dans le village d’Aubert. Spontanément baptisée Auberta par les habitants du village, cette oursonne a fait l’objet de trois tentatives de relâche dans la nature restées infructueuses malgré le travail effectué et dirigé par les responsables du suivi ours du Val d’Aran pour qu’elle retrouve sa mère.

Après ces échecs, les autorités Aranaises, en collaboration avec le Parc Animalier Des Pyrénées et Aran Park, ont alors pris la décision de construire un enclos de semi-liberté dans son milieu naturel, en pleine montagne. L’enjeu étant de la maintenir en vie, à l’abri des prédateurs comme des curieux, et tenter de la nourrir et la faire grandir hors de tout contact humain pour la rendre à la vie Sauvage.

Depuis maintenant 3 mois, Auberta est nourrie du haut d’une falaise ce qui lui assure de n’avoir aucun contact avec les hommes, et elle grandit tranquillement quelque part dans les Pyrénées espagnoles.

Aujourd’hui, Aran Park a financé la mise en place d’une caméra sur l’enclos du plantigrade pour vous permettre d’observer l’oursonne en direct et en libre accès. Les images sont diffusées sur les sites Internet du Parc Animalier des Pyrénées et d’Aran Park. Une chance incroyable pour vous de mieux appréhender la beauté de cet animal hors du commun, et de soutenir la cause des Ours.

Source : Aran Park

Haut de page

La vidéo d'une jeune oursonne perdue dans les Pyrénées


Une jeune oursonne âgée de 3 mois a été retrouvée dans le village aranais d'Aubert le 17 avril dernier. Il semblerait qu'elle ait perdu la trace de sa mère. Recueillie par les agents de protection de l'environnement, elle a été relâchée dans la forêt.

C'est l'histoire inhabituelle, d'une jeune ourse, âgée approximativement de 3 mois, qui se serait perdue dans la partie aranaise des Pyrénées. Le 17 avril dernier des habitants du village d'Aubert trouvent à proximité de la commune, une ourse qui semble désorientée.

Les agents du suivi de l'ours dans le val d'Aran, avertis par les villageois, la prennent en charge. L'objectif, la relâcher dans les meilleurs délais afin qu'elle puisse retrouver sa mère. Il a été décidé de le replacer dans le milieu naturel dans une cage en bois avec de la nourriture, à l’abri des prédateurs mais facilement accessible par une femelle adulte, afin de le rapprocher de la zone de présence potentielle de sa mère.

Les agents constatent un comportement sauvage et agressif de la part de l'animal, qui ne semble pas habitué à la présence de l'homme.

Le samedi 19 avril 2014, après deux jours de captivité dans sa cage, l’ourson, après l’avoir nourri a été relâché sur la même zone, afin d’augmenter la chance de rencontre avec sa mère.

Mais l'histoire ne s'arrête pas là. Le lundi 21 avril 2014, l’oursonne a été détectée sur la nationale (N 230) en contre bas de la zone de lâcher. Afin d’éviter un accident, les autorités espagnoles ont de nouveau capturé l’animal.

Mardi 22 avril, après avoir prélevé des échantillons pour faire des analyses génétiques et l'avoir équipée d'un émetteur, l'oursonne a été, à nouveau, relâchée dans un lieu éloigné de la civilisation. Les images ont été tournées au moment de sa libération quelque part au-dessus de son lieu de capture.

La petite ourse fait maintenant l'objet d'un suivi quotidien, notamment dans ses déplacements.

Auteur : Emmanuelle Gayet
Source : France 3 Midi-Pyrénées du 24/04/2014

Haut de page

L'oursonne trouvée dans les Pyrénées Aranaises n'a pas retrouvé sa mère


Il y une dizaine de jours, une ourse de l'année âgée de 3 à 4 mois avait été retrouvée seule aux abords d'un village des Pyrénées Espagnoles. Prise en charge par les agents du suivi de l'ours, elle avait été recueillie puis relâchée. Tout a été mis en oeuvre pour qu'elle puisse retrouver sa génitrice.

Le Conseil Général du Val d'Aran nous donne des nouvelles de la jeune ourse retrouvée le 17 avril dernier sans sa mère près de zones habitées des Pyrénées Espagnoles. Après avoir été recueillie, nourrie et équipée d'une balise GPS, l'ourse a été relâchée mais n'a toujours pas retrouvée sa mère.

L’oursonne a été baptisée Auberta.

Aussi le gouvernement du Val d’Aran a décidé de la placer dans un périmètre de quelques centaines de mètres carrés isolés en forêt, clôturés électriquement pour sa sécurité. Elle sera nourrie mais les contacts avec l’homme, autant visuels qu’olfactifs, seront évités. Auberta apprendra à se nourrir par elle-même progressivement jusquà l'âge de 7 à 8 mois. L'objectif étant de lui permettre de retrouver une vie totalement sauvage. Aussi, toutes les tentatives sont menées afin qu'elle garde ses instincts et qu'elle développe ses aptitudes à se nourrir seule.

Les agents du suivi de l'ours tentent également de leur côté de localiser sa génitrice qui pourrait, mais cela reste une hypothèse, avoir abandonné son ourson à la faveur de la rencontre avec un mâle.

Auteur : Emmanuelle Gayet
Source : France 3 Midi-Pyrénées du 28/04/2014

Haut de page

Mobilisation dans les Pyrénées pour retrouver la mère perdue d'un bébé ours


Un bébé ourson retrouvé errant dans une localité des Pyrénées catalanes a été pris en charge par les autorités locales qui tentent de retrouver sa mère perdue depuis plusieurs jours.

Opération protection. Depuis près de semaines maintenant, les agents espagnols du Conseil général d'Aran, vallée des Pyrénées catalanes située côté espagnol, se mobilisent pour venir en aide à une oursonne qui a perdu sa mère dans le massif des Pyrénées. Ce bébé ours de l'année a été découvert errant, seule, le 17 avril dernier, sur le territoire d'Aubert, un village du Val d'Aran.

Une première fois recueillie par les autorités locales, en concertation avec leurs homologues français de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS), qui l'ont nourrie pendant deux jours, Auberta, comme l'a surnommée la presse espagnole, a été relâchée dans la nature à proximité de l'endroit où elle a été découverte, équipée d'un émetteur.

Un vaste dispositif mis sur pied

Mais le jeune plantigrade n'a pas retrouvé sa mère comme l’escomptaient ses sauveteurs. Pour sa protection, ces derniers ont une nouvelle fois dû la capturer alors qu'elle se trouvait sur une route en contrebas du lieu où elle avait été remise en liberté un peu plus tôt. Et le scénario s'est reproduit à plusieurs reprises, l'animal persistant à revenir dans des endroits où il serait susceptible de trouver une présence humaine.

Devant son constat d'échec, les autorités du Val d'Aran ont décidé ces derniers jours de changer de tactique. Un vaste dispositif a été mis sur pied. L'oursonne a en effet été transportée dans une zone inhabitée et placée dans un enclos électrifié ne représentant toutefois pas un obstacle pour sa mère. Des caméras ont même été installées et Auberta est approvisionnée par les agents qui l'ont pris sous son aile.

L'ONCFS dénombre actuellement au moins 25 ours des deux côtés de la frontière. C'est trois de plus qu'en 2012 (et non "trois fois plus", comme nous l'avions écrit par erreur). Espérons que la mère d'Auberta compte toujours parmi cet effectif et qu'elle saura retrouver la trace de sa petite.

Source : Métro News du 30 avril et 5 mai 2014

Haut de page

Auberta, l'oursonne qui ne veut pas finir au zoo


L'oursonne perdue des Pyrénées est désormais invisible. La découverte mi-avril de ce nouveau plantigrade, âgé de quelques mois seulement, a fait sensation au val d'Aran espagnol. Contrairement aux autres portées de l'année, régulièrement détectées par les caméras automatiques disséminées dans la montagne, l'animal aurait été trouvé par un promeneur dans le village d'Aubert. La petite boule de poils de trois kilos, à peine plus grande qu'un chiot, a aussitôt été baptisée « Auberta » par la presse espagnole.

Sur des photos et des vidéos publiées sur les réseaux sociaux, on la voit enchaînée dans un garage à vélo, ou laper comme un chat du lait offert par une villageoise pour la faire sortir de sous la voiture où elle s'était réfugiée, avant d'être transférée dans une étroite cage de bois pour être relâchée dans la nature. Une association de protection de l'environnement de Barcelone, Depana, s'est insurgée contre la diffusion de ces images « lamentables ». L'oursonne était « davantage présentée comme un animal de cirque que comme une espèce protégée » s'indigne l'association qui demande aux autorités locales où est passée la mère d'Auberta.

Enclos secret

Le conseil général du val d'Aran est bien en peine de répondre. Les techniciens chargés du suivi des ours dans cette enclave gasconne au sein de la région autonome de Catalogne ont désormais parqué l'oursonne dans un enclos secret, à l'abri des prédateurs et de la curiosité des humains. Ils espèrent que l'animal sera assez grand pour se débrouiller seul à la fin de l'été. La tentative pour la rendre à sa mère a échoué. Auberta est sortie des bois et on l'a retrouvée quelques jours plus tard dans un village au-dessus d'Aubert. Elle aurait même traversé la route nationale qui relie le val d'Aran à la France en suivant la Garonne. Des échantillons d'ADN ont été envoyés à des laboratoires de Grenoble et Barcelone pour établir la filiation de l'orpheline égarée.

L'histoire d'Auberta rappelle le cas de « Molinera », une jeune ourse recueillie blessée dans les monts Cantabriques l'an dernier. Séparée des Pyrénées par le Pays basque, cette cordillère atlantique abrite environ 200 ours en Espagne. Pourquoi ne pas relâcher Molinera en France ? La suggestion de deux associations de défense de l'ours, française et espagnole, est restée lettre morte auprès du gouvernement régional des Asturies. L'animal a été rendue à la nature dans la commune où elle avait été trouvée. Incapable de se réadapter à la vie sauvage, Molinera se trouve désormais dans un enclos. Sous la pression des associations, l'oursonne n'est pas exposée au public.

Eviter d'imprégner l'animal

En dépit de cet échec, Jean-Jacques Camarra, technicien de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS), veut croire que la petite Auberta n'est pas condamnée à passer sa vie derrière des barreaux. L'expert français souligne le luxe de précautions pris par ses homologues espagnols pour éviter « d'imprégner » l'animal : elle n'a pas un « soigneur » attitré et les gardes qui se relaient pour lui apporter du lait et de la nourriture à des heures variables vont s'ingénier à dissimuler fruits et céréales dans le bosquet de 5 000 m2 entouré de clôtures électriques pour obliger l'oursonne à les trouver par elle-même quand elle sera sevrée. Ce protocole très strict a été couronné de succès à deux reprises dans les monts Cantabriques, en 2008 et 2011, souligne Jean-Jacques Camarra.

Des caméras de surveillance ont aussi été installées dans l'enclos d'Auberta. « Pour s'assurer que personne ne viendra la déranger » explique Jose Enrique Arro, l'élu chargé de l'agriculture et de l'environnement au conseil général du val d'Aran.

Patrice Armengol, le gérant français d'Aran Park, espère pour sa part diffuser les images d'Auberta dans l'ancien poste de la guardia civil qui montait la garde sur la petite route de montagne reliant le val d'Aran à Luchon : le bâtiment a été reconverti l'an dernier en parc zoologique. Il abrite une exposition sur la faune et la flore aranaise et une centaine d'animaux vivent en semi-liberté dans de vastes enclos aménagés sur un pan de montagne de 16 hectares. Pour Patrice Armengol, l'oursonne constituerait une attraction supplémentaire bienvenue pour attirer les visiteurs. Pour sa première année d'ouverture, le parc n'a enregistré que 32 000 entrées. La saison touristique a été perturbée par des inondations qui ont ravagé les Pyrénées centrales en juin 2013. Une oursonne de l'année avait péri l'an dernier en tentant de traverser une rivière en crue dans le val d'Aran.

Auteur : Stéphane Thépot (Toulouse, correspondance de Le Monde)
Source : Le Monde.fr du 24 mai 2014

Haut de page

Auberta, l'oursonne abandonnée, sera rendue à la vie sauvage


Auberta, oursonne de quelques semaines abandonnée par sa mère et retrouvée au printemps dans un village du Val d'Aran en Espagne se trouve dans un enclos pour préparer un retour à la vie sauvage avant les rigueurs de l'hiver

Après 3 tentatives de retour à la vie sauvage, sans succès, l'oursonne séjourne dans un enclos. Un site tenu secret pour éviter tout contact et familiarité avec les hommes. L'oursonne, âgée d'environ 6 mois, est certes nourrie -en témoigne l'apport de viande- mais en complément de l'alimentation glânée par l'animal.

C'est un enclos qui a été pensé en pleine nature avec un biotope très nature pour qu'elle essaie de reprendre sa vie sauvage au mois de novemebre ou décembre quand elle aura 6 ou 8 mois.

Après qelques mois dans son enclos, plus grande, plus autonome, Auberta sera une nouvelle fois relâchée et confrontée à la vie sauvage.

La fondation Pyrénées Conservation, du Parc animalier des Pyrénées à Argelès Gazost, finance une partie des équipements -enclos et caméra- nécessaires au retour dans la nature d'Auberta.


Vidéo : le reportage de Régis Cothias et Jean-Yves Bascands

Auteur : Michel Pech
Source : France 3 Midi-Pyrénées du 05/08/2014

Haut de page

Pyrénées : en images, la vie quotidienne de l'oursonne Auberta


La vie en semi-liberté de l'oursonne abandonnée Auberta sous l'oeil de la caméra. Il est désormais possible de découvrir des séquences de sa vie quotidienne et de la suivre en direct dans son enclos (quand la météo le permet).

L'aventure de la petite oursonne Auberta avait ému le public. Retrouvée seule à peine âgée de 3 mois en avril 2014 en plein vagabondage dans le village des Pyrénées espagnoles d'Aubert (origine de son nom). Après sa capture, elle avait été placée dans une zone sécurisée et isolée des hommes afin de lui donner le temps de grandir suffisamment avant d'être rendue à la vie sauvage.

Auberta est maintenant âgée de 6 mois. Plusieurs tentatives pour la remettre dans son milieu naturel ont échoué, mais un prochain essai est envisagé par l'équipe du suivi de l'ours des Pyrénées au mois de novembre-décembre 2014. En attendant, la fondation Pyrénées Conservation, du Parc animalier des Pyrénées à Argelès Gazost qui participe au financement d'une partie des équipements, enclos et caméra, propose quelques séquences vidéos de la vie quotidienne et semi-sauvage de la petite ourse.


Auberta dévore à pleines dents, une patte de cervidé - 27 juillet 2014

 


Auberta gambade dans son enclos

 


L'oursonne joue avec une branche d'arbre - 29 juillet 2014

 


Auberta tente d'escalader un arbre, puis abandonne - 7 août 2014

Sur le principe on peut également la voir évoluer en direct. Sur le principe seulement car la caméra est alimentée grâce à l'énergie solaire et le soleil fait un peu défaut ses dernières semaines.

D'autres séquences vidéos sont à visionner sur la plateforme de partage ParcPyrénées65. On la voit grandir, jouer se nourrir comme si on y était.

Auteur : Emmanuelle Gayet
Source : France 3 Midi-Pyrénées du 18/08/2014

Haut de page

Auberta, l'oursonne du Val d'Aran, bientôt relâchée dans les Pyrénées françaises ?


Le gouvernement du Val d'Aran (Espagne) a fait la proposition au gouvernement français de relâcher la jeune oursonne qui avait été abandonnée par sa mère dans une zone des Pyrénées françaises, près de deux mâles.

La jeune oursonne abandonnée par sa mère dans le Val d'Aran (Espagne) et protégée jusqu'à présent dans un enclos, pourrait être relâchée dans les mois qui viennent dans les Pyrénées françaises, selon une proposition faite par le gouvernement du Val d'Aran.

L'oursonne se porte bien et grandit. Après plusieurs mois de surveillance, la question de sa remise en liberté est à l'étude. Les gouvernements de Navarre et d'Aragon s'opposent à son lâcher sur leurs territoires, par manque de temps pour consulter la population.

Le gouvernement du Val d'Aran et les instances de suivi ont sollicité le gouvernement français afin que l'oursonne soit relâchée dans les Pyrénées occidentales, dans une zone où se trouve actuellement deux ours mâles. Ils attendent la réponse.

Un accord a été trouvé pour qu'elle soit équipée d'un GPS et d'un émetteur de suivi radio.

En avril dernier, l'oursonne avait été retrouvée seule aux abords d'un village du Val d'Aran. Elle avait été vraisemblablement repoussée par sa mère. Installée dans un enclos, Auberta est filmée en permanence par des caméras qui dévoilent ainsi sa vie quotidienne.

Auteurs : F. Valéry et E. Gayet
Source : France 3 Midi-Pyrénées du 18/09/2014

Haut de page

Commentaires


A vouloir artificialiser la nature en soignant des animaux sauvage, on finit par en faire des animaux d'élevage ou des animaux dangereux s'ils sont relâchés (problème de l'habituation avec l'imprégnation humaine) où les faire mourir. Il serait sans doute plus sérieux de laisser faire la nature au risque que cela se termine par la mort de l'animal..... C'est la nature !

Malgré les soins prodigués l'oursonne est morte. Heureusement pour elle car, en définitive, personne n'en voulait, ni en France ni en Espagne. Elle serait captive toute sa vie.

Souvenons-nous du cas de Cannellito la progéniture de Cannelle, une ourse tuée en vallée d'Aspe le 1 novembre 2004. Tout le monde se lamentait pour l'ourson et voulait le retrouver pour l'aider à vivre. Fort heureusement pour lui, il a su fuir l'humain écologiste sentimental ignorant ce qu'est la nature. Aujourd'hui, il vit encore et sévit essentiellement en Bigorre.

Laissons faire la nature sauvage même si elle est dure. Ne pas la comparer aux humains.

Haut de page


Le Grand Charnier
   

Accueil du Monde des Pyrénées
Ours dans les Pyrénées
Environnement des Pyrénées
L'ours en Europe
Ours en Espagne
Ours en Val d'Aran