Ours dans un quartier de la capitale de la Slovénie

Logo Facebook
Vous êtes ici : Accueil > Faune-Pyrenees > ours > Europe > Slovenie > Ours-Slovenie-quartier-de-Ljubjana-bloque-par-ours-en-vadrouille

L'ours slovène n'est pas dangereux mais peureux, nous dit-on. Pourtant, dans la capitale de la Slovénie, beaucoup de précautions sont prises pour éviter l'accident avec un ours qui semble apprécier la vie urbaine. En fait, comme ceux qu'ils ont exportés dans les Pyrénées...

- - La police a bouclé un quartier de Ljubljana

La police a bouclé un quartier de Ljubljana pour tenter de retrouver un ours brun sauvage, le premier spécimen aperçu dans la capitale slovène depuis plusieurs décennies. Lire la suite l'article

L'animal a été vu sur la colline de Roznik, située à environ 1,5 km du centre-ville et très prisée des amateurs de jogging et des promeneurs, a déclaré à Reuters Tone Lesnik, porte-parole du Service national des Forêts.

"La police a condamné les accès à la colline et cinq personnes cherchent l'ours, dont on estime qu'il est âgé de deux ans", a-t-il expliqué. Dès qu'il sera retrouvé, le plantigrade sera placé sous tranquillisant et ramené dans son habitat naturel.

"Il est surprenant qu'il ait réussi à atteindre Ljubljana sans être percuté par une voiture", a poursuivi Lesnik, indiquant que l'ours provenait sans doute des forêts de l'ouest de la capitale.

La Slovénie compte entre 430 et 490 ours bruns en liberté. Le sud du pays, très boisé, abrite la plus importante densité de cette espèce en Europe.

Auteurs: Marja Novak, version française Jean Décotte
Source: Reuters/News Yahoo du 16 avril 2009

- Commentaire

Nous connaissions ce phénomène en Roumanie mais pas encore à ce niveau en Slovénie même si, de nombreux accidents ont été signalés avec des ours tel que accidents de voitures ou avec des trains. Mais il est également signalé par le ministère de l'environnement slovène lui-même plusieurs cas d'accidents graves sur les humains.

Si un quartier de la capitale slovène est bouclé pour retrouver cet ours c'est que sa présence n'est pas sans risque pour la population. Dans le cas contraire, on le conserverait sur les lieux et le ministère du tourisme organiserait des charters pour assurer la visite d'un tel zoo en pleine ville.

Contrairement aux affirmations largement diffusés par l'administration française et les associations environnementalistes qui réfléchissent avec l'ODIT, un service de l'Etat dépendant du ministère du tourisme, à un développement touristique pyrénéen autour de l'ours, nous constatons qu'en Slovénie, pays d'Europe à la plus forte densité européenne de plantigrades, les conséquences sont plutôt inversées avec bouclage d'un quartier de la capitale.

La raison impose que nous sachions en tirer les conséquences. La présence de l'ours n'est pas compatible avec des activités humaines notamment dans les Pyrénées où il n'existe aucun espace sauvage ou vierge.

Louis Dollo, le 17 avril 2009

- Alerte à l'ours sauvage dans un parc de la capitale

Les autorités slovènes ont demandé jeudi aux habitants d'éviter un parc de la capitale, Ljubljana, où la présence d'un ours sauvage a été détectée.

Situé à moins de deux kilomètres à l'ouest du centre-ville, le parc Roznik, très populaire, a été placé sous étroite surveillance.

"La police recommande à tous les citoyens d'être extrêmement prudents car l'ours pourrait être dangeureux", ont indiqué les autorités dans un message diffusé notamment à la radio.

L'animal pourrait avoir été attiré par la présence de congénères dans un zoo jouxtant le parc. L'établissement a exclu qu'il puisse provenir de sa propre ménagerie.

Couverte pour moitié par des forêts, la Slovénie, nichée entre le sud des Alpes et l'Adriatique, est un des pays d'Europe comptant le plus grand nombre d'ours bruns sauvages.

Face aux risques de surpopulation, les autorités ont ordonné l'abattage de 70 ours en 2009.

La Slovénie a notamment fourni des ours sauvages à la France ces dernières années pour leur réintroduction dans les Pyrénées, à la frontière de l'Espagne.

Source: Actu Orange du 16 avril 2009

- Alerte à l'ours sauvage dans la capitale de la Slovénie

La présence d'un ours sauvage, potentiellement dangereux, a été signalée jeudi à Ljubljana, la capitale de la Slovénie. Les autorités locales ont lancé un appel à la prudence.

Les joggers du parc Tivoli, autour de la colline Roznik, à Ljubljana, doivent être très prudents. C'est dans cette zone de la capitale slovène que la présence d'un ours sauvage a été signalée. Les autorités locales ont lancé une alerte en bonne et due forme, dans un message diffusé notamment à la radio.

L'ours en question aurait été attiré par d'autres plantigrades, deux congénères vivant eux dans un zoo tout près du parc Tivoli. Pour parvenir jusqu'à cette zone proche du centre de Ljubljana, l'animal aurait tout de même réussi à traverser l'autoroute qui encercle la capitale slovène.

La Slovénie est un des pays d'Europe qui abrite le plus grand nombre d'ours bruns sauvages. Une richesse utilisée par d'autres pays européens, la France notamment, qui a trouvé là au cours des dernières années une source pour son programme de réintroduction des plantigrades dans les Pyrénées.

Source: Europe 1 du 16 avril 2009

- Alerte à l'ours brun à Ljubljana

Un parc très fréquenté de Ljubljana, la capitale de la Slovénie, a été fermé par la police jeudi parce qu'un ours brun sauvage s'y était aventuré.

Les amateurs de course à pied, les enfants et les amoureux de la nature qui remplissent habituellement le parc Tivoli, dans le centre de Ljubljana, ont trouvé portes closes jeudi matin, la police ayant fermé le site à cause de la présence du plantigrade.

Les experts espéraient attraper l'animal, mais ils n'en n'ont pas eu le temps. Avant de pouvoir le repérer, l'ours avait déjà gagné le secteur boisé de Dobova, au sud de la capitale, où il vit probablement, rapporte l'agence officielle STA.

Dans l'après-midi, le parc Tivoli était à nouveau rouvert au public et avait retrouvé son animation habituelle. La Slovénie compte environ 430 ours bruns, mais les habitants de Ljubljana ont rarement l'occasion d'en voir ailleurs qu'au zoo de la ville.

Source: Canadian Press du 17 avril 2009

- Commentaire

"Les amateurs de course à pied, les enfants et les amoureux de la nature qui remplissent habituellement le parc Tivoli, dans le centre de Ljubljana, ont trouvé portes closes jeudi matin, la police ayant fermé le site à cause de la présence du plantigrade."

Le Slovénie est considérée comme étant un pays particulièrement spécialisée pour la cause de l'ours brun. Alors qu'en France il nous est expliqué que l'ours brun n'est pas dangereux et a peur de l'homme, pourquoi ces spécialistes du plantigrade, fournisseurs de la France, boucle-t-il un parc pour motif de dangerosité?

Dans le même ordre d'idée, venir lâcher de tels ours au milieu des villages et estives habités des Pyrénées doit également présenter un danger. Pourquoi serait-ce un danger pour les populations urbaines et non pour les populations montagnardes des Pyrénées? Nous avions connu les mêmes réactions de protection des populations urbaines lors des pérégrinations de Balou et Franska. Par contre, lorsque ces ours sont des villages il est tout à fait incorrect de les épouvanter par des battues d'effarouchement pour les faire partir (Cf. plaintes de FERUS classé sans suite). Nous savons aujourd'hui que pour protéger son bien, un berger a le droit de tuer un ours ou un loup sans être inquiété.

En France, on s'obstine à imaginer que l'ours, bête sauvage et grand carnivore, en liberté est source de développement touristique. Curieusement, en 20 ans, les associations environnementalistes ont prouvé leur totale incapacité à faire croire à une telle stupidité.(Cf. Rapport final Life de 2000 pour les premières introductions de 1997). Aujourd'hui, si on ferme un parc pour raison de sécurité dans un pays à la plus forte densité d'ours en Europe, qu'en sera-t-il prochainement pour la montagne pyrénéenne? Dans ce cas, qu'apportera l'ours de plus à ce que les Pyrénées ont déjà?
La réponse est simple et facile: Rien!

A nous dire que l'ours est l'avenir de l'homme et qu'il est sans danger, n'y a-t-il pas de la part un énorme mensonge diffusé depuis plus de 20 ans aussi bien par le Ministère de l'Ecologie que par les DIREN Midi-Pyrénées et Aquitaine, l'ONCFS et les multiples associations environnementalistes financées par l'Etat sans parler des Préfets de région coordinateurs qui se sont succédés à Toulouse?

Louis Dollo, le 17 avril 2009

- A lire également