Mort de l'ourse Cannelle: La société de chasse condamnée 8 ans après les faits (2005)

Logo Facebook
Vous êtes ici: Accueil > Faune-Pyrenees > ours > Ours-Baptise > Canelle > 2013-06-05-Ourse-Cannelle-Societe-Chasse-Condamnee-WWF

8 ans et demi après la mort de l’ourse Cannelle, les associations écologistes pro-ours ont poursuivi leur harcèlement contre le chasseur de la vallée d’Aspe. Expression la plus probante de leur haine et de leur mépris à l’égard d’un homme qui a été acquitté au pénal et donc dégagé de toute responsabilité. Mais l’appât du gain est plus fort chez ces associations dites de protection de la nature qui ne s’intéressent à l’ours que pour l’argent qu’il peut générer. L’environnement, la biodiversité ne sont que des supports à un business des plus ignobles. Le préjudice pour les populations locales n'existent pas, seules comptes des associations bien loin des réalités du terrain et des conséquences de la présence des ours.

- Mort de Cannelle: les chasseurs d'Urdos condamnés à 53 000 euros de dommages et intérêts

Huit ans et demi après la mort de Cannelle, la derniere ourse de souche pyrénéenne, les écologistes de WWF obtiennent 53 000 euros de dommages et intérêts par la justice paloise. C'est l'association communale de chasse d'Urdos qui devra payer.

La justice vient de condamner l'association communale de Chasse d'Urdos a verser 53.000 euros au WWF.

L'association écologiste obtient donc du juge civil du tribunal de grande instance de Pau ces dommages et intérêts en réparation du préjudice moral et écologique. Elle demandait beaucoup plus: 800.000 euros selon nos sources.

Voilà donc les chasseurs d'Urdos rattrapés par cette histoire Cannelle... Tuée le premier novembre 2004. Huit ans et demi après. Francis Claverie était président de l'ACCA d'Urdos à l'époque. Il l'est toujours aujourd'hui.

En réalité, l'assureur de l'association de chasse devrait payer. Les chasseurs comme l'assurance n'ont pas encore décidé s'ils faisaient appel de ce jugement de la justice paloise.

Auteur: Daniel Corsand
Source: Radio France Bleu Béarn du 5 juin 2013