La Fondation Petzl installe les vautours dans les Baronnies

Logo Facebook
Vous êtes ici : Accueil > Faune-Pyrenees > rapaces > Fondation-Petzl-Installe-les-Vautours-fauves-moines-percnopteres-Baronnies

Sur le site Web de la Fondation Petzl nous pouvons lire au sujet de l’association «Vautours en Baronnie»: "En 1987, quelques naturalistes drômois passionnés lancent l’idée de réintroduire des vautours dans le sud du département de la Drôme. Ce projet mettra presque dix ans pour se concrétiser avec la libération des premiers Vautours fauves en décembre 1996". C’est ce que chez les naturalistes on appelle «le retour…»

Il est précisé en 2009: «Aujourd’hui la colonie de Vautours fauves compte environ 200 individus et l’association «Vautours en Baronnies» travaille sur la réintroduction du Vautour moine  et au retour spontané du Vautour percnoptère».
Et l’élevage se poursuit exactement comme ce qui a été dénoncé en Espagne (Aragon) avec les élevages industriels de porcs: «Pour garantir l’avenir de ces trois espèces, l’association «Vautours en Baronnies» souhaite mettre en place en 2009 des actions concrètes de conservation:

Nous sommes totalement comme dans un parc animalier: une artificialisation de la nature. Développer de tels procédés c’est accepter que le nombre de rapaces soit supérieur à la capacité naturelle des nourrir. Il ne faut donc pas s’étonner que ces rapaces dépendant de l’homme et sans prédateurs, pas même l’homme, deviennent familiers et s’attaque au bétail y compris vivant.

Et l’erreur va se poursuivre: «Ce projet, qui se prolongera jusqu’en 2013, s’inscrit dans des programmes de sauvegarde des vautours à l’échelle européenne, notamment pour le Vautour moine et le Vautour percnoptère qui sont des espèces très menacées. Et l’objectif est précisé: Garantir l’avenir des populations des trois espèces de vautours: Vautour fauve, Vautour moine et Vautour percnoptère, présentes aujourd’hui dans le massif des Baronnies.

A aucun moment il n’est dit que les éleveurs sont ou peuvent être associés au programme par ailleurs totalement stupéfiant. Pire! Cette association, avec la complicité de la fondation Petzl, veut «informer et sensibiliser sur le rôle des vautours avec la création d’un film et d’une exposition». Vers quel public? S’il s’agit des éleveurs, c’est un peu les prendre pour des demeurés. S’il s’agit de touristes, à quoi bon, puisqu’ils ne sont pas acteurs. N’y a-t-il pas là encore, une sorte de pompe à fric pour faire vivre des associations dont l’utilité est discutable quant à la qualité du travail réalisé et de ses conséquences sur les territoires concernés.

- Pourquoi la Fondation Petzl?

Petzl est une marque de matériel d’escalade. Le lien entre falaise, site naturel d’escalade et aires de présence des rapaces est assez clair. Curieusement, depuis une dizaine d’année, les conflits entre naturalistes et grimpeurs ont pratiquement disparu. Ne peut-on pas penser, comme c’est le cas pour des carrières, que Petzl a acheté sa tranquillité écologique et celle des grimpeurs donc son business en passant par le tiroir-caisse? Ce n’est qu’une question.

- Notes

(1) Nous ignorons qui sont ces éleveurs volontaires mais il semble que le conflit soit ouvert en 2012

(2) Sur le terrain, il est impossible sur une aire de nourrissage de faire la distinction entre les types de vautours. Ce sont donc tous les animaux qui en profitent.