Les Vautours poursuivent le massacre dans les Pyrénées-Atlantiques

Logo Facebook
Vous êtes ici : Accueil > Faune-Pyrenees > rapaces > Vautours-Fauves > Predations-Attaques-Constats > 2014-04-17-Vautours-poursuivent-massacre-Pyrenees-Atlantiques

- Encore un veau tué par des vautours à Loubieng

Francis Larroque en a vraiment ras-le-bol. Éleveur à Loubieng depuis 39 ans (mais aussi maire de la commune depuis quelques jours), le Béarnais a été une nouvelle fois le témoin impuissant d'une attaque de vautours, hier, sur l'un de ses troupeaux.

- La huitième en six ans

"Il était environ 14 heures. C'est ma fille qui a donné l'alerte en voyant un jeune veau âgé d'une douzaine de jours se faire attaquer alors qu'il dormait à une trentaine de mètres du troupeau. Ces vautours, on en a compté 28, l'ont tué en deux minutes. Ma fille a fait fuir les oiseaux mais c'était trop tard" témoigne l'exploitant agricole, très en colère.

En colère, car ce n'est pas la première fois que ses bêtes sont ainsi les cibles de ces animaux nécrophages. "Ils s'acharnent sur des veaux en excellente santé, pas sur des cadavres. C'est la huitième attaque en six ans. Cette fois, c'est tôt pour la saison, d'habitude c'est entre juin et août, mais toujours quand il fait beau. L'an passé, ils ont tué un veau cinq heures après sa naissance. En 2012, c'était une bête de 5 mois, en bonne santé et pesant ses 220 kg."

Et les préjudices ne sont pas négligeables pour l'éleveur. Ce dernier a aussitôt prévenu les agents de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage qui doivent se rendre ce jeudi matin sur place pour les constatations.

Mais Francis Larroque ne se fait que peu d'illusions sur la suite. "Personne ne peut rien faire. On doit se contenter de regarder nos bêtes se faire tuer. J'ai déjà alerté la préfecture, la chambre d'agriculture. On le signale et ça remplit les étagères. Rien de plus", déplore le nouveau maire.

Ce dernier a pourtant plusieurs idées pour éviter ces attaques. "Il faudrait réguler le nombre de vautours. On nous répond non. Il faudrait des placettes de nourritures sur les crêtes, dans les Pyrénées. On nous répond qu'il ne faut pas assister les oiseaux à manger. On fait des propositions. Mais pour nous, rien", lance Francis Larroque qui rappelle qu'il n'est pas le seul dans le secteur à avoir été victime des vautours.

Auteur: Pierre-Olivier Julien
Source: La République des Pyrénées 17 avril 2014