Hautes-Pyrénées – Les vautours fauves attaquent dans la plaine… Et d’autres dégâts

Logo Facebook
Vous êtes ici : Accueil > Faune-Pyrenees > rapaces > Vautours-Fauves > Predations-Attaques-Constats > 2015-07-11-Hautes-Pyrenees-Vautours-Fauves-Attaquent-dans-Plaine

Comme dans les Pyrénées-Atlantiques, les vautours fauves attaquent le bétail vivant dans la plaine, hors montagne. C’est le cas dans la partie nord des Baronnies et sur la plaine d’Ossun entre Tarbes et Lourdes à proximité de l’aéroport international.

Une vache venant de mettre bas a été tuée à Ossun, selon la procédure habituelle : attaque des yeux puis de la vulve pour créer l’hémorragie. Deux veaux à Azereix totalement consommés.

- Un chantage odieux

Si les responsables de la DREAL reconnaissent que le vautour fauve se comporte en prédateur, ce qui, historiquement n’a rien de nouveau, les services de l’ONCFS se comportent en véritable défenseurs de l’écologie profonde à partir d’un statut désuet de protection totale de l’espèce. Le vautour descendant anormalement en plaine, selon le Président de la FDSEA 65 «il est urgent de prendre des mesures d’effarouchement pour le renvoyer en montagne. A défaut, nous ferons le nécessaire par nous-même». L’ONCFS propose la formation d’agriculteurs aux tirs d’effarouchement selon des procédures conduisant à hyper protéger l’animal qui n’a aucun prédateur. Encore un moyen pour gagner du temps et tenter d’imposer, en contrepartie, des placettes de nourrissage, un remède qui serait pire que le mal. En fait nous assistons à un dialogue de sourd comme dans les Pyrénées-Atlantiques sur le principe « je te donne, tu donnes ». Une sorte de chantage qui ne semble pas mordre.

- Et d’autres dégâts aux cultures

Fait nouveau, le cerf apparaît également dans la plaine faisant dégâts aux cultures et aux clôtures tout comme les sangliers. Les ragondins font également des dégâts. Selon le Président de la FDSEA, ils ne sont plus tirés par les chasseurs compte tenu des coûteuses contraintes environnementales liées à la présence d’eau.

Les conséquences indirectes de l’application de la nouvelle PAC ne sont pas non plus à négliger. L’obligation de diversification culturale a conduit les agriculteurs, notamment les céréaliers à semer du tournesol et du soja. Problème : les palombes se sont gavées et les pertes ne sont pas négligeables. Il est probable qu’à l’avenir les agriculteurs prendront d’autres mesures pour éviter de transformer la plaine en zone d’élevage pour chasseurs.

Beaucoup de sujets de mécontentement chez les agriculteurs qui pourraient bien avoir des incidences encore inconnues…. Notamment l’application de la nouvelle PAC à la montagne qui n’est surement pas favorable à l’environnement malgré certains slogans militants.

Louis Dollo, le 11 juillet 2015