Une randonneuse poursuivie par 40 Vautours dans les Pyrénées-Atlantiques

Vous êtes ici : Accueil > Faune-Pyrenees > rapaces > Vautours-Fauves > Predations-Attaques-Constats > 2015-07-11-Randonneuse-poursuivie-par-40-vautours-Pyrenees-Atlantiques

Qu’un randonneur soit poursuivi par des Vautours Fauves n’est pas nouveau mais jamais raconté de peur de ne pas être cru ou d’être pris pour un malade et faire l’objet de moqueries. Il n’est pas nouveau non plus de voir des vautours survoler et se poser à proximité, très proche, de personnes pique-niquant, le plus souvent de personnes seules ou en petit groupe. Mais personne ne veut le croire. De toute manière il n’y a pas d’accident ni mort de personne…. Enfin nous ne le savons pas vraiment.

Selon le journal Sud-ouest, la randonneuse de 27 ans, Béatrice Chambon originaire de Nantes, effectuait la traversée des Pyrénées par le GR 10 en partant d’Hendaye. C’est arrivé au refuge Jeandel à La Pierre Saint Martin le 8 juillet qu’elle raconte cette aventure qui «s'est déroulé fin juin aux alentours du col des Veaux dans le Pays Basque». Le journal régional précise: «Lors de son troisième jour de marche, au niveau du col des Veaux (proche d'Itxassou), elle aperçoit au loin un groupe de vautours, affairés à manger une carcasse de cheval. "Une quarantaine", estime la jeune femme».

Ce type d’expérience est toujours angoissant lorsqu’on n’a pas l’habitude. Mais elle peut aussi être dangereuse. En s’approchant trop près de la charogne dont les vautours se délectent, l’observateur peut être perçu par les vautours comme un concurrent. Naturellement, ils défendent leur repas et peuvent être menaçants. Courir ne sert à rien, ils peuvent aller plus vite que vous

Ce témoignage s’ajoute à d’autres et à notre expérience personnelle. Nous rejoignons les propos du propriétaire du refuge Jeandel, qui sait de quoi il parle, pour confirmer que: «si elle s'était blessée, cela aurait pu être très dangereux».

La problématique avec les vautours fauves et que, tant que des associations environnementalistes ayant la prétention de tout connaître et de défendre la nature, nieront la vérité et excluront les observations des gens de terrain, notamment des éleveurs, au profit d’une propagande idéologique et sectaire, il sera difficile de faire comprendre la réalité. Attendons un prochain accident…..

Louis Dollo, le 11 juillet 2015

Voir également....