Difficile cohabitation avec le Parc National du Mercantour

 

La multiplicité des conflits avec les personnels du Parc National en 2012 et l’application stricte d’une réglementation manifestement incompatible avec des activités humaines et une vie normale au sein du Parc a conduit la Ministre de l’Ecologie à mettre en place une mission d'appui dans le Mercantour, de septembre à décembre 2013.

Share

 

Situation délicate pour le directeur du Parc manifestement vexé du fait de cette mission d'appui (eh oui!). Il semble, par ailleurs, selon plusieurs témoignages, que les gardes ont eus droit à une remontée les bretelles. Le Ministère craint que les communes n’adhèrent pas à la charte, ce qui ajouterait le désordre au désordre. Le rapport de mission est particulièrement édifiant à cet égard.... "les évènements pèsent sur l'intention de certaines communes d'adhérer à la charte" - shocking ! Et encore : "3.4. La question rémanente du loup perturbe fortement les débats sur la charte". Tout ceci sent la panique jusqu'à accorder des tirs d'effarouchement au cœur du parc (!) ... mais temporairement les gars, le temps que les communes signent !! (p 33)

Mieux encore, page 43 il est précisé : "Il importe par conséquent que la perception externe et la réalité interne de certains aspects du management de l'établissement public soient rectifiées. Cela implique d’abord de donner certains signes positifs ou simplement d'empêcher des messages négatifs dans les semaines et mois à venir. Tout doit être fait pour que l'année 2013 ne voit pas la reproduction d'incidents tels que ceux de l'été 2012."

Le message est clair. Celui de la lettre ouverte de Pascal Neuville, un berger depuis plus de 40 ans, également. Il va falloir revoir la copie et que le Parc National, notamment ses petits chefs, comprennent que sur ces territoires il y avait des hommes avant eux… Depuis plus de 6000 ans… Et que ce sont eux qui ont fait la nature dont ils profitent et qui les fait vivre. Eux et leurs bêtes.

Si le rapport de mission rappelle l'origine internationale et communautaire de la politique loup, il faut surement rajouter que cette politique n’est pas figée et qu’elle laisse une grande part d’initiative à l’Etat contrairement aux nombreux mensonges qui sont colportés. Le Parc National du Mercantour n’est pas aussi blanc qu’il n’y parait quant à la réapparition du loup. Beaucoup de choses pourraient évoluer dans les prochaines années qui devraient inspirer ces personnels à beaucoup plus d’humilité et de convenance à l’égard de tous.

Alors, messieurs les "zélés gardes", "monomaniaques de l'environnement", un peu, et même beaucoup, de respect pour les bergers et éleveurs du Parc du Mercantour et d'ailleurs et les habitants des villages. Vous n’existez, à travers le Parc, que grâce à eux.

Louis Dollo, le 20 avril 2013

 


Le Grand Charnier

Accueil du Monde des Pyrénées
Environnement des Pyrénées
Parcs nationaux de France