Massif du Néouvielle, les voies Dollo

Logo Facebook
Partage Réseaux sociaux
Contact
Vous êtes ici : Accueil > Sports-Pyrenees > Alpinisme > France > Hautes-Pyrenees > Alpinisme-65-Bareges-Neouvielle-Dollo
Ces voies se situent sur les versant Nord, Ouest et Nord Ouest du Néouvielle et accessibles depuis le refuge de La Glère. Elles ont été réalisées, avec d'autres voies sur l'Espade et les Pics des Trois Conseillers avec une bande de copains de Barèges, du CAF de Lourdes et de Bordeaux alors que Louis et Pierre Dollo travaillaient au refuge.
"S'il veut intéresser, l'alpiniste décrira ses aventures exactement comme il les a ressenties" (Geoffrey Winthrop Young)

Ces voies sont totalement en "terrain d'aventure". Merci à ceux qui y repasseront de ne pas les équiper en voies modernes avec "spit" et autres matériels pour les laisser "vierge" de tout équipement et respecter l'engagement, l'éthique et le milieu tel que nous l'avons trouvé à l'origine.

Evenements et Infos

Revue Desnivel

Voies Dollo et copains

Plusieurs topos de voies n'ont jamais été diffusés dans des ouvrages. Il faut le plus souvent revenir sur des descriptions parues dans "La Revue Pyrénéenne" de 1973 et 1974 ou voir la mention dans le topo de Pascal Ravier. Ces topos de voies en terrain d'aventure, non équipées, sur l'Espade, le Néouvielle et les Pics des Trois Conseillers seront intégralement décrit ici.

- Une histoire de copains

Dans cette aventure, il y avait du monde. Toute une équipe de copains et les copains des copains avec chacun sa personnalité, son histoire, ses envies, ses motivations, ses compétences. Il y avait :
  • mon frére Pierre devenu infirmier hospitalier et qui fait de la formation pour la FFME, Président du Club Amitié et Nature de Tarbes depuis 20 ans, il a été Président du Comité Département de la FFME puis Président du Comité Sportif national de Ski de Montagne de la FFME, membre du Comité directeur national, Vice Présidentd de l'ISMC (UIAA) et organisateur de la course de ski de montagne "Derby 3000 - Gavarnie"
  • Benoit Tréton, enseignant dans un Lycée de Tarbes après être passé par un cabienet d'expertise comptable il fut un certain temps Vice-Président de la Fédération des Clubs Alpins Français. Il pratique toujours la montagne.
  • Jean François Le Nail, archiviste départemental
  • Alain Chapelet-Letourneux, cardiologue à Pau
  • Marc Lauverjat dit "5 Sup" qui vendait des bouteilles dans le bordelais et dont j'ai perdu la trace. Si quelqu'un le retrouve...
  • Un copain d'Alain qui a trouvé la mort dans les Dolomites en descendant en rappel à l'ancienne... à l'époque nous n'avions pas de descendeurs.
  • Christian LARROUY, actuellement PDG de la SA Pyrénées-Charpentes.
  • Bruno DELERUE de Baréges, mort dans la face nord des Drus en 1975.
  • Mao (Van Nao de son vrai nom d'origine vietnamienne) qui était pharmacien à Baréges, mort dans une avalanche à l'Ayré
  • Patrick Marcou, toujours commerçant à Barèges
  • Philippe TREY (spécialiste des fiesta) qui fut par la suite gardien du refuge de La Glère et qui a le gîte "l'oasis" à Barèges
  • et quelques autres....
La belle époque... et pas de place au romantisme ou l'imaginaire. On fonçait dans la voie avec les "grosses", quelques clous, le plus souvent récupérés dans d'autres voies et des coins de bois (il n'y avait pas encore de coinceurs et de bong bong) et le tout encordé à la taille (pas toujours de beaudriers, c'était chiant à l'époque).
Je me souviens pour la première tentative hivernale de la face Nord du Néouvielle, avec mon frére, nous avions bivouaqué dans la toue de la prise d'eau sous une toile en plastique et les gaudasses qui étaient en cuir :-)). Nous les gardions aux pieds toute la nuit pour ne pas qu'elles se gélent :-) En définitive c'est Pierre et Benoît qui ont fait la "première" hivernale l'année suivante. Qui a les articles de presse de l'époque? Je n'ai plus rien.

J'ai aussi le souvenir de la répétition du Pilier Nord du Néouvielle avec Christian. Nous avions passé une nuit torride lors d'un passage de l'UCPA au refuge. Nous n'avons pas pu sortir la voie d'un coup. Il a fallu faire la sieste sur place, environ 4 heures de repos, sous les 2 dernières longueurs.

Il y avait eu polémique sur cette voie cotée TD par des CRS et nous AD+... petite différence... Nous n'avons pas dû faire la même chose mais nous sommes partis du même endroit pour arriver au même endroit... à vous d'y retourner pour apprécier.

Mon frère avait ouvert une voie en solo qui l'avait conduit directement au sommet. Mais il ne sait pas où il est passé, c'était dans le brouillard... C'était peut-être celle qu'il a faite par la suite avec Benoît Tréton (éperon ouest direct) ? Même l'histoire ne nous le dira pas.

Après, pour ma part, il y a eu l'époque "berger" et puis nous sommes partis vers d'autres horizons comme les études, le mariage ou plus lointain commes l'Alaska, les Andes et l'Himalaya. Mais encor emaintenat nous y revenons...

Louis Dollo le 15 avril 2004

Cette pointe sur l'arrête nord du Néouvielle est cotée 2973 m sur les cartes IGN et 2997 m par le Guide Ollivier.

Première description Pierre et Louis Dollo le 13 août 1971
Difficulté de la course : AD
Horaire : 2 heures

Cette paroi est très visible de la Brèche de Chaussenque et du Refuge de La Glère. L 'escalade d'une dénivellation de 200 m environ se déroule dans un bon rocher. Cette voie est une des plus esthétiques pour parvenir au sommet du Néouvielle à partir du refuge de La Glère.

On attaque la voie par le névé le plus élevé au centre de la face. Suivant les conditions d'enneigement, on s'élève facilement vers la droite sur des vires caillouteuses sous un gros rognon dont le rocher est recouvert de lichen noir. On commence l'escalade en contournant ce rognon vers la droite et en s'élevant dans une fissure grise qui mène à une terrasse (bon relais). De là, on s'élève sur une veine marron caractéristique en bon rocher. Poursuivre l'escalade sur cette veine durant plusieurs longueur jusqu'à une vire (bon relais) au pied de dalles grises. De là, continuer l'escalade légèrement à gauche pour éviter un dévers. Continuer tout droit pour atteindre l'arête Nord à une quarantaine de mètres de la pointe 2973 (IGN).

Cette voie a été répétée le 24 juin 1972 par Pierre Dollo, Benoît Tréton, Bruno Delerue et Patrick Marcou.
Au cours de cette répétition, le gros rognon recouvert de lichen noir a été atteint par le rocher depuis le point où il descend le plus bas.
Observations :
au cours des premières ascentions le matériel utilisé était quelques pitons et des anneaux de corde pour l'assurage trés précaire.

- Le Pilier Nord de la pointe 2 973 m

Cette pointe sur l'arrête Nord du Néouvielle est cotée 2973 m sur les cartes IGN et 2997 m par le Guide Ollivier.
Première description Pierre Dollo et Alain Chapelet Letourneux le 28 août 1971
Difficulté de la course : AD
Horaire : 1 h 45

- Le pilier Nord Ouest

- La face Ouest Centrale

- Eperon Ouest de la pointe 3 036

- Eperon Ouest direct

- Informations diverses