Le Tour 2015: les étapes des Pyrénées

Logo Facebook
Vous êtes ici: Accueil > Tourisme-Pyrenees > Tour-de-France-Pyrenees > 2015 >

En 2015 le Tour de France aura évidemment trois étapes dans les Pyrénées. Sans les Pyrénées, le Tour de France n'aurait pas grande signification.

Trois jours dans les Pyrénées avec départ ou arrivée dans les Hautes-Pyrénées contre 4 l'an dernier avec un étalement des étapes sur l'ensemble de la chaîne

- Etape 10 - Mardi 14 juillet 2015 - Tarbes / La Pierre-Saint-Martin - 167 km

Une étape totalement béarnaise dès la sortie de Tarbes. Faites de vallonnement contournant Pau, les véritables hostilités débuteront à la sortie du village de Arette pour parvenir à la station de ski de La Pierre Saint Martin.

- Etape 11 - Mercredi 15 juillet 2015 - Pau / Cauterets - Vallée de Saint-Savin - 188 km

Trés rapidement après Pau, le Tour entre dans les Hautes-Pyrénées avec une route sans grand intérêt jusqu'à Lourdes avec la première vraie côte à Loucrup. Une autre côte à la sortie de Bagnères de Bigorre et il faudra attendre Arreau, au pied de l'Aspin. Puis ce sera l'enchaînement avec le Tourmalet et la remontée sur Cauterets.

L'arrivée se fera à Cauterets, le terme de "vallée de Saint-Savin" n'a aucun sens pour les spectateurs et cycliste. Il s'agit de la commune de Cauterets sur le territoire de la commission syndicale de Saint-Savin comme le Tourmalet est, versant Barèges, sur le territoire de la commission syndicale de la vallée du Barège, gestionnaires des estives.

- Etape 12 - Jeudi 16 juillet 2015 - Lannemezan / Plateau de Beille - 195 km

Ce ne seront peut-être pas des cols aussi difficiles que la veille mais dès Aspet en Haute-Garonne ce sera l'enfer des montées et des descentes de l'Ariège. Trois cols sur des petites routes de montagne avant la dernière et redoutable montée au Plateau de Beille.

- Problèmes de circulation liès au passage du - Tour de France dans les Pyrénées

- Le Tour de France cycliste 2015 dans le département des Hautes-Pyrénées

L’organisation du 102ème Tour de France cycliste a été autorisée par arrêté ministériel du 29 juin 2015, publié au Journal Officiel du 30 juin 2015.

Les conditions de passage de cette épreuve dans le département les 14, 15 et 16 juillet, ont été fixées par arrêté préfectoral du 1er juillet 2015.

Le parcours définitif des trois étapes et le dispositif de secours élaboré par le service départemental d’incendie et de secours peuvent être consultés dans les documents annexes.

- Etape 10 - Mardi 14 juillet 2015 - Tarbes / La Pierre-Saint-Martin - Conséquences sur la circulation et l'accès à la montagne

En dehors de la vallée du Barétous montant à La Pierre Saint Martin, les accès à la montagne sont peu ou pas du tout impactés. Pour les pratiquants de la montagne et les touristes, d'autres vallées voisines offrent de nombreuses possibilités telles que La Soule en Pays Basque et les vallées d'Ossau et d'Aspe en Béarn.

Des précisions seront données ultérieurement par la Préfecture, le Conseil Départemental et les communes.

- Etape 11 - Mercredi 15 juillet 2015 - Pau / Cauterets - Vallée de Saint-Savin - Conséquences sur la circulation et l'accès à la montagne

Trois vallées d'accès à la montagne seront impactées: Vallée des Gaves, vallée de l'Adour entre Beaudéan et Bagnères et vallée de la Neste.

Des précisions seront données ultérieurement par la Préfecture, le Conseil Départemental et les communes.

- Etape 12 - Jeudi 16 juillet 2015 - Lannemezan / Plateau de Beille - Conséquences sur la circulation et l'accès à la montagne

Cette journée impact légèrement la vallée de la Garonne au départ de la course et tous les accès à la montagne en Ariège. Il est préférable de prévoir être en montagne le 15 juillet et n'en descendre que le 16 au soir (hors plateau de Beille) ou le 17....

Des précisions seront données ultérieurement par la Préfecture, le Conseil Départemental et les communes.

- Ces cols qui font monter les Pyrénées

C'est Charlemagne qui a inventé les cols. Dans les Pyrénées, ses armées taillaient des brèches et des routes pour poursuivre le Sarrazin. La chanson de Roland a fait de Roncevaux un pic de l'histoire de France. Les chroniqueurs du Tour de France ont hissé bien des cols pyrénéens sur des sommets quasi-mythiques. Trop longtemps, chaque col se moquait des lacets du voisin comme d'une première chemise.

Pour la première fois, à l'initiative de la confédération pyrénéenne du tourisme soucieuse de renforcer la promotion de la saison d'été, 34 cols sont liés pour relier les deux mers. D'est en ouest, sur le versant français, la route traverse trois régions, six départements sur plus de 300 km.

Qui monte ou descend les cols pyrénéens, roule, pédale marche, s'essouffle sur les traces des éléphants d'Hannibal, dans les roues de Coppi, Merckx, Bartali, sur les pas de Malraux et des brigadistes portant renfort aux républicains espagnols en 1936 ou des enfants juifs et des aviateurs anglais guidés par les passeurs ariégeois pour fuir l'occupation. Du dernier jour du preux Roland à la descente dramatique du Portet d'Aspet fatale au cycliste Fabio Casartelli dans le Tour de France 1995, ces cols déroulent au détour de leur virage des destins épiques ou tragiques.

Certains cols sont devenus de vrais hauts lieux de pèlerinage. Ainsi du haut de ses 2.115m, entre Barèges et La Mongie, Le Tourmalet qui toise un siècle de Tours de France, durcit les mollets et brûle les poumons de milliers de cyclistes amateurs qui chaque été se déplacent du monde entier. Mais d'autres cols vivent cachés, serpentant dans l'anonymat entre prairies, rochers, futaies. La notoriété de l'Oxtondo basque, du Xatard catalan du Pas de Souloumbrie ariégeois atteint tout juste la préfecture du département. Et encore.

A Vélo, A Pied A Moto
Jalonnée par des bornes, cette route permet surtout de parcourir et de découvrir la richesse naturelle et culturelle du massif pyrénéen.

D'ordinaire points de passages, les cols deviennent ainsi des points de départ pour des boucles, des itinéraires de découverte ou de randonnées décrits sur des cartes, repérés sur des fiches pratiques. A flanc de col, on peut ainsi grimper à l'observatoire Pic du Midi, visiter la maison natale du maréchal Foch, les inconnues mines du Rancier en Ariège, les vignes de Banyuls avec vue sur la mer. Les haltes touristiques, gastronomiques et les rendez-vous festifs dans les vallées sont également signalés.

Le plus dur pour les cyclistes? Selon l'ancien champion Laurent Jalabert qui les a pratiquement tous escaladés sur deux roues, le Tourmalet vide les poumons, le Marie Blanque brise les mollets, le Pailhères en Ariège casse le moral tellement il n'en finit plus. Pour les motards, les descentes de la Core (Ariège) et du Soulor (Hautes-Pyrénées), au milieu des vaches en estive se transforment parfois en numéros d'équilibristes. Les cols basques sont plus sombres, les Catalans plus secs. Les auberges le long de ces routes sont en général roboratives et les crêpes du cabanon du col de Peyresourde, posé à équidistance de l'Atlantique et de la Méditerranée, sont les moins chères du sud ouest. A vélo, à pied, à moto, en camping-car, cet itinéraire pyrénéen mérite plus d'une halte.

Auteur: P. J.
Source: La Dépêche du Midi du 30 juin 2007