Les grands carnivores de l'Union Européenne

 

L'Union Européenne (UE) a en son sein cinq espèces de grands carnivores. Il s'agit notamment de l'ours brun, le loup, le carcajou et deux espèces de lynx, le lynx eurasien (Boréal) et le lynx ibérique (Pardelle). Historiquement, ces espèces ont toutes subi un déclin spectaculaire du nombre et de la distribution, à priori et officiellement, conséquences de l'activité humaine. En raison de l'augmentation de leur proie, de la couverture forestière et d’une législation favorable au cours des dernières décennies nous avons vu une évolution positive pour la plupart de ces populations de grands carnivores qu’il s’agisse d’une stabilisation ou d'une augmentation. Résultat : Retour de ces espèces dans de nombreuses régions d'où ils ont été absents pendant des décennies. Aujourd’hui, au moins une de ces espèces se trouve actuellement dans 21 pays de l'UE.


Alors que cette évolution peut être considérée comme un grand succès de la conservation, elle a donné lieu à controverse dans certains domaines. En réponse, la Commission Européenne a lancé une série de mesures visant à encourager la coopération entre les Etats membres, engager un dialogue avec les parties prenantes et de "promouvoir les meilleures pratiques en matière de méthodes de gestion". Au cours du temps, nous essaierons d’apporter des informations sur les activités de la commission européennes dans le domaine des grands carnivores.

 

 

Conservation et statuts des grand carnivores


En 2012, l'état de conservation des grands carnivores européens a été évalué par un groupe d'experts de chaque pays où les grands carnivores sont présents. Bien que les données disponibles et la méthodologie utilisée soit grandement variées d'un pays à l'autre, l'information présentée ci-dessous représente, selon la commission européenne "la meilleure évaluation indépendante disponible du statut des grands carnivores pour la période 2010-2012". Nous livrons ces informations (en anglais) sans commentaires, laissant à chacun la liberté d'appréciation.

En savoir plus......

Haut de page

Promotion de la gestion au niveau de la population des grands carnivores


Les grands carnivores ont des exigences de très grande surface, avec des besoins individuels de 100 à 1000 km2 sur chacun de leurs territoires. En conséquence, ils se reproduisent à de très faibles densités. Une conséquence de ceci est que les populations ont tendance à se propager sur de très grands espaces.

Sur un continent comme l'Europe, cela signifie que les populations se répartissent à travers plusieurs frontières administratives, tant à l'intérieur qu’entre les pays. Une conservation efficace nécessite donc que les autorités responsables dans les différents régions de coordonner leurs actions de gestion. Mais encore faut-elle qu'elles en aient envie et qu'elles soutiennent les mêmes projets. Faut-il aussi que les fonctionnaires respectent les principes démocratiques a commencé par le choix des orientations des élus locaux et nationaux mais aussi les principes de l'acceptation sociale de ces grands carnivores. Principes qui semblent méconnus par la commission européenne lorsque nous voyons la composition des participants à la plateforme.

La Commission précise qu'elle "a investi des ressources considérables au cours de la dernière décennie dans la promotion de cette forme de coopération transfrontalière". Si vraiment le coût lui pose problème dans ces périodes de disette budgétaire, pour réaliser des économie substantielles et durables, il y a peut-être la solution de ne plus investir dans ce domaine, ne plus aider des associations militantes exerçant un lobbying permanent et abandonner le soutien aux grands prédateurs qui ne sont producteurs d'aucune richesse pas même touristique contrairement à certaines affirmations fantaisistes jamais prouvées.

Documents sur la gestion de la population des grands carnivores (en anglais)

Haut de page

Promouvoir les meilleures pratiques


Afin d'encourager l'adoption de meilleures pratiques qui favorisent la coexistence avec les grands carnivores, la Commission a financé un certain nombre de projets liés aux grands carnivores.

Le plus important de ces mécanismes est le programme LIFE. Entre 1992 et 2012, le programme LIFE a financé 78 projets portant sur l'ours brun, le loup et le lynx eurasien. Il est néanmoins que ces financements européens soient sollicités essentiellement par des organisations environnementalmistes qui cherchent toujours à imposer leur point de vue. Il est trés rare de voir des collectivités territoriales, des organismes de développement locaux ou des organisations d'éleveurs demander de tels fiancements au cours des 20 dernières années. Doit-on en conclure qu'ils n'en voient pas la nécessité pendant que d'autres voient dans ces mécanismes financiers des solutions faciles de financement d'un lobbying ?

Compte tenu des constats de terrain, nous pouvons nous interroger sur l'utilité de tous ces financements notamment à uen époque de restriction budgétaire. Quel intérêt pour quelles résultats avec des populations locales de plus en plus hostiles aux grands carnivores ?

Voir également le dossier LIFE Grands Prédateurs

Haut de page

Le matériel de communication


La Commission a parrainé la production d'une gamme de supports de communication sur le thème de "Coexistence avec les grands carnivores", qui sont disponibles pour le téléchargement. Notez que certains fichiers sont assez lourds.

Coexistence avec les grands carnivores

L'exposition "Coexistence avec les grands carnivores" est développé par l'Initiative pour les grands carnivores en Europe (LCIE), un groupe de travail de la Commission pour la sauvegarde des espèces de l'UICN. L'exposition a été financée par la DG Environnement dans le cadre d'un projet intitulé "Natura 2000 des actions préparatoires. Campagne de sensibilisation sur les grands carnivores".

Haut de page

 

Accueil du Monde des Pyrénées
Environnement des Pyrénées
Le loup
L'ours
Le lynx