Les propositions des candidats sur l'environnement

 

Share  

 

Pour se faire une opinion, il est bon de comparer les programmes de chacun des candidats. Il ne faut pas perdre de vue que pour le second tour, des alliances vont se tisser.


Certaines alliances sont déjà connus comme le PS / PRG avec Europe Ecologie. Alliance étonnante où le candidat à la Présidence, François Hollande dit qu’il appliquera son programme et pas autre chose. Ce qui revient à dire à EELV : c’est tout ou rien. De là à croire qu’EELV va abandonner ses objectifs, il ne faut pas rêver. Nous le voyons déjà dans les régions où nous ne pouvons pas dire que les écolos soient des alliés fiables et crédibles pour la gauche.

A droite, les concordances sont déjà plus marquées notamment, en ce qui concerne les massifs de montagne, sur les questions de grands prédateurs, loups, ours et lynx. Ce qui n’empêche pas les divergences de quelques individus isolés relativement anecdotiques.

En fait, comme l’exprime très bien un article du Monde du 7 avril 2012, l’écologie n’intéresse plus personne sauf le PS pour des raisons purement électoralisme de ratissage de voix. Sans pour autant négliger la qualité de l’air et autres éléments de l’environnement, les français ont d’autres préoccupations sociales et économiques. Autant dire que pour les vallées et massifs de montagne le loup et l’ours passent globalement en second plan d’autant que les populations locales les rejettent majoritairement comme ils l’ont exprimé à l’égard de l’ours dans les Pyrénées en février 2011. Et puis, les règles du jeu ont changé avec la charte environnementale. Les écolos ne peuvent plus assurer leur dictature. Reste à réviser les textes européens pour les rendre compatibles avec les activités humaines et ainsi parler de développement durable comme à la conférence de Rio et pas seulement de l’écologie pour l’écologie.

Louis Dollo, le 14 avril 2012

 

Accueil du Monde des Pyrénées
Environnement des Pyrénées
Position des candidats à l'élection présidentielle

 

 

 

Nathalie Arthaud - Ligue Ouvrière


Taxes et sanctions anti-pollution

  • Fiscalité bonus/malus sur les "comportements pollueurs"
  • Expropriation des grands groupes industriels et financiers
  • Soumettre l'utilisation et la rechercher sur les OGM au contrôle de la population

Développement de techniques non polluantes

  • Fiscalité bonus/malus sur les "comportements pollueurs"

En savoir plus

Haut de page

François Bayrou - Modem


Taxes et sanctions anti-pollution

  • Malus sur les véhicules les plus polluants
  • Limiter l’imperméabilisation des sols en France à terme à 10 % maximum du territoire, en modulant notamment les dotations de l’Etat en fonction de la maitrise de l’étalement urbain
  • Agence mondiale de l’environnement

Développement de techniques non polluantes

  • Plan national d'isolation thermique des logements
  • Moduler la taxe sur le foncier bâti en fonction de la performance énergétique des bâtiments
  • Créer un fonds d’investissement dédié au développement durable, alimenté par les quotas carbone issus du protocole de Kyoto

En savoir plus

Haut de page

Jacques Cheminade – Solidarité et Progrès


Taxes et sanctions anti-pollution

  • Aucune mesure connue à ce jour.

Développement de techniques non polluantes

  • Politique de transports publics pour désengorger les villes et diminuer la pollution
  • Promotion de l’aérotrain de l’ingénieur Bertin, relance du ferroutage et financement de la voiture à hydrogène par des aides publiques
  • Réduction maximale des vols continentaux de moins de 1500 kilomètres grâce à des transports terrestres à grande vitesse

En savoir plus

Haut de page

Nicolas Dupont-Aignan - DLR


Taxes et sanctions anti-pollution

  • Fiscalité bonus/malus sur les "comportements pollueurs
  • Exiger que les produits importés soient soumis aux mêmes normes environnementales qu’en France
  • Interdiction des OGM et des produits à base d'OGM

Développement de techniques non polluantes

  • Création d'un grand service public du recyclage ainsi que des filières de substitution aux hydrocarbures (énergie, plastique) avec un soutien de l’État dans le cadre du plan
  • Création d'outils d’épargne affectés au financement des activités environnementales, notamment un "livret vert" destiné au grand public

En savoir plus

Haut de page

François Hollande - PS


Taxes et sanctions anti-pollution

  • Taxe carbone aux frontières de l'Europe
  • Soutien à la mise en place d'une organisation mondiale de l’environnement

Développement de techniques non polluantes

  • Isolation thermique d'un million de logements par an

En savoir plus

Haut de page

Eva Joly – EELV


Taxes et sanctions anti-pollution

  • Préférence sociale et environnementale aux frontières de l'Europe
  • Contribution climat-énergie dont 50 % du produit sera affecté au financement d'investissement publics écologiques et 50 % redistribué sous forme de "chèque verts" aux Français défavorisés
  • Organisation mondiale de l'environnement
  • Objectif Zéro OGM, zéro gaz de schistes, zéro autoroutes supplémentaires

Développement de techniques non polluantes

  • Réduction de 30 % des émissions de gaz à effet de serre par rapport à 90 pour limiter le réchauffement de la planète sous les 2°C
  • Refonte de la législation sur les déchets (fermeture progressive des incinérateurs et développement des filières alternatives)
  • Suppression progressive des dépenses publiques considérées comme néfastes pour l'environnement

En savoir plus

Haut de page

Marine Le Pen - FN


Taxes et sanctions anti-pollution

  • Aucune mesure connue à ce jour.

Développement de techniques non polluantes

  • Maîtrise des flux migratoires pour "favoriser les perspectives de croissance et de développement harmonieux des zones de la planète menacées par un saccage des ressources naturelles et l’anarchie qu’engendre les flux migratoires liés à la pauvreté"
  • Relocalisation sur le territoire national des forces de production, production proche du consommateur pour réduire la pollution

En savoir plus

Haut de page

Jean-Luc Melenchon - FG


Taxes et sanctions anti-pollution

  • Taxe kilométrique sur les transports de marchandises au niveau européen, allouée à un Fonds chargé de financer des politiques de développement social et environnemental
  • Création d'un tribunal international de justice climatique sous l’égide de l’ONU

Développement de techniques non polluantes

  • Création d'un pôle national des transports publics pour développer les transports collectifs de proximité et leur gratuité
  • Développement des secteurs ferroviaire et maritime

En savoir plus

Haut de page

Philippe Poutou - NPA


Taxes et sanctions anti-pollution

  • Interdiction des OGM

Développement de techniques non polluantes

  • Aucune mesure connue à ce jour.

En savoir plus

Haut de page

Nicolas Sarkozy - UMP


Taxes et sanctions anti-pollution

  • Taxe carbone aux frontières de l'Europe
  • Organisation mondiale de l'environnement (programme de l'UMP)

Développement de techniques non polluantes

  • Aucune mesure connue à ce jour. (1)

En savoir plus

(1) - Ndr : Pas tout à fait exact. Le gouvernement, sous la responsabilité de Nicolas Sarkozy, a mis en place des aides et déjà développé la production d'énergie nouvelle sous toutes ses formes. Il y a également la mise en application du Grenelle. Même si certains estiment ces mesures insuffisantes, l'honnêteté impose de signaler leur existence qui sont une réalité et non des discours de voeux pieux. Il faut aussi rajouter la lettre aux chasseurs de France du 13 avril 2012 qui donne le ton en matière de chasse.

Haut de page

 

Accueil du Monde des Pyrénées
Environnement des Pyrénées
Position des candidats à l'élection présidentielle

 

 

Nucléaire, OGM, pesticides : les candidats face au défi écologique


Dans une campagne dominée par la question économique et sociale, l'écologie aura été une grande absente des débats, à l'exception de la sortie du nucléaire, débat central de l'automne 2011, qui ne parait plus guère intéresser les candidats. Mais la campagne présidentielle n'aura jamais été que le révélateur d'un phénomène mesuré depuis 2009 : l'écologie est de moins en moins au centre des préoccupations des Français.

Un exemple de ce désintérêt, que mesurent nombre de baromètres ? Selon un sondage de l'IFOP, réalisé en avril, pour Atlantico.fr, 27 % seulement des Français jugent que la protection de l'environnement est "tout à fait prioritaire". Contre 71 % pour le chômage. La faiblesse des intentions de vote en faveur d'Eva Joly, candidate écologiste, dans une campagne présidentielle où les écologistes n'ont jamais obtenu de gros scores, s'explique aussi en partie par ce relatif désintérêt.
Nicolas Sarkozy, qui avait commencé son quinquennat en fanfare en lançant le Grenelle de l'environnement, et un "super ministère" de l'écologie, auquel on avait ajouté les transports, le termine en retournant aux fondamentaux de la droite sur l'ensemble de ces dossiers.

Les déclarations selon lesquelles, l'écologie "ça commence à bien faire", les accusations de sectarisme envers les écologistes, sont autant de signaux envoyés à l'électorat paysan, tandis qu'une proposition de loi UMP votée en février faisait reconnaître le rôle des chasseurs dans la gestion de la biodiversité. Quant au ministère de l'écologie, il n'a plus de titulaire depuis que Nathalie Kosciusko-Morizet a été nommée porte-parole du candidat le 18 février. Un symbole.

"DES OUTILS POUR SORTIR DE LA CRISE"
L'intervention de François Hollande au Congrès de France Nature Environnement, le 28 janvier, a permis de mesurer l'intérêt du candidat socialiste pour l'environnement. "L'écologie et l'environnement sont des outils pour sortir de la crise", avait estimé M. Hollande, plaidant pour la préservation de la biodiversité, une fiscalité verte, l'interdiction des OGM en plein champ et une baisse continue des pesticides. Si le candidat socialiste a fait ce jour-là de l'écologie un "outil", il n'en a pas fait pour autant un thème prioritaire de sa campagne et de son opposition à Nicolas Sarkozy, en dépit du partenariat stratégique noué avec les écologistes et concrétisé par la signature d'un accord de mandature avec ces derniers en novembre 2011.
François Bayrou, présent à ce même congrès, s'en était tenu à des généralités, évoquant "l'harmonie qui doit exister entre les êtres humains et le milieu dans lequel ils vivent", sans guère avancer de proposition concrète, en dehors de la survie des abeilles, promue "objectif politique". Le Front national, sans surprise, n'a pas davantage fait de l'écologie un point fort de son projet, s'en tenant à des préoccupations sur la santé alimentaire, l'interdiction des OGM et la nécessité de faire décroître l'utilisation des pesticides.

LA GAUCHE DU PS A VERDI SON DISCOURS
La surprise de la campagne vient de la gauche du PS, qui a verdi son discours. Si le Parti communiste reste très attaché au nucléaire, Jean-Luc Mélenchon est parvenu à convaincre son allié de proposer, au nom du Front de Gauche, un référendum sur le sujet. Si Lutte ouvrière a refusé de répondre au questionnaire du Monde, il ne s'agit nullement d'un désintérêt pour l'écologie. "Dans cette économie capitaliste mue par le seul profit, aucune mesure prise isolément ne résoudra les problèmes de pollution ou ne préservera les ressources", écrit Mme Arthaud.

Bref, pour LO, il faut sortir du capitalisme pour faire de l'écologie socialement juste. Le cas du NPA est également intéressant. Non seulement il prône une sortie du nucléaire en une décennie, mais il se montre plus intransigeant que les autres sur la réduction de l'usage des pesticides et sur le respect de la trame verte lors du lancement de tout projet d'infrastructure.
Un article de la revue Vingtième siècle, signé par Philippe Buton, professeur à l'université de Reims et spécialiste du mouvement communiste, le rappelle : l'extrême gauche n'a intégré que très tardivement la question écologique à sa réflexion. Même si la LCR consacre un chapitre entier au sujet dans son programme dès 1977, Philippe Buton explique que "tout se passe comme si la Ligue donnait des gages à l'air du temps tout en méprisant ces revendications". Quant à LO, elle qualifie très longtemps l'écologie politique de "réactionnaire". Une rhétorique qui tend à régresser au sein de ces deux formations.

Auteur : Anne-Sophie Mercier
Source : Le Monde du 7 avril 2012  

Lire aussi :

Haut de page

 

Accueil du Monde des Pyrénées
Environnement des Pyrénées
Position des candidats à l'élection présidentielle