Parkings de montagne dans les Pyrénées

Vous êtes ici : Accueil > Transport-Pyrenees > Routes > Circulation-parkings

Dans les Pyrénées, un certain nombre de routes ou de lieux de stationnement font l’objet d’une réglementation du fait de la forte pression touristique. Ce type de réglementation s’accompagne parfois d’un tarif de stationnement plus ou moins important et d’horaires à respecter. Dans certains cas, on peut regretter que le système mis en place ne tienne pas compte des contraintes liées aux pratiques de la montagne, au profit des pratiques touristiques.

- France / Francia

- Pyrénées-Orientales

- Le Site Classé des Bouillouses

Le Site Internet des Bouillouses
L'été:
Un arrêté départemental interdit la circulation publique entre 7h et 19h sur la RD60. En cas d'affluence et dès que l'aire de stationnement située au pied du barrage est remplie, la circulation peut être interdite avant 7h. Le stationnement des véhicules est interdit sur les accotements de la RD60, les véhicules doivent être stationnés sur le parking du Pla de Barres ou sous le barrage.
La randonnée aux Bouillouses
Pour accéder au site des Bouillouses sans sa voiture, le Conseil Général a mis en place une nouvelle ligne de bus (à 1€) qui assure la liaison Pla de Barrès - Gare routière et gare SNCF de Mont-Louis.

L'hiver: Fermée:
Possibilité de monter à la limite du déneigement (à voir sur place mais en principe jusqu'à la centrale hydroélectrique). Montée au refuge à pied

- Valléed’Eyne.

Stationner au parking au-dessus du village. Ne pas emprunter la piste forestière

- Puyvalador

Col de la Creu. Des aménagements et une réglementation sont envisagés

- Aude

- Ariège

- Haute-Garonne

- Hautes-Pyrénées

- Pyrénées-Atlantiques

- Espagne / Espana / Espanya

- Catalogne / Catalunya et Val d'Aran

- Aragon

Pays Basque / Pais Vasco

- Andorre / Andorra

- Observations diverses

- Stationnement, camping, caravaning

Les restrictions au stationnement des camping-cars doivent être motivées et limitées.
Les interventions des autorités locales en matière de stationnement de tout véhicule sur la voie publique se fondent en premier lieu sur le code de la route. S'agissant de véhicules, les autocaravanes ne sauraient être privées du droit de stationner, dès lors que l'arrêt ou le stationnement n'est ni dangereux (art. R417-9 du Code de la route), ni gênant (art. R417-10 et R417-11 du même code) ni abusif (art. R417-12 et R417-13).
Le droit de prescrire des mesures plus rigoureuses est accordé par l'article R411-8 du même code aux préfets, au président du conseil exécutif de Corse, aux présidents de conseils généraux et aux maires, dans la limite des pouvoirs qui leur sont conférés par les lois et règlements, dès lors que la sécurité de la circulation routière l'exige. En matière de circulation et de stationnement, ces pouvoirs sont fixés par l'article L2213-2 du Code général des collectivités territoriales. Cet article oblige les autorités qui en sont investies, quand une décision de limitation ou d'interdiction ne s'applique qu'à certaines catégories de véhicules, à en définir avec précision les caractéristiques.
Encore doivent-elles se référer à des données en relation avec leur effet sur la circulation, telles que surface, encombrement, poids... C'est pourquoi la jurisprudence est hostile aux mesures d'interdiction générale et absolue, et la portée d'une éventuelle interdiction doit être limitée.

Question écrite de Marie-Jo Zimmermann, JO de l'Assemblée nationale du 15 mai 2007, p. 4594, n° 120850