Une relance de plus pour la ligne Pau Canfranc 20016

Logo Facebook
Vous êtes ici : Accueil > Transport-Pyrenees > Trains-Chemins-Fer > 2016-02-24-Relance-de-plus-ligne-chemin-de-fer-train-Canfranc

Il ne s’agit pas ici de la traversée centrale des Pyrénées – TCP - mais beaucoup plus modestement de la ligne de chemin de fer Pau – Canfranc pouvant aller jusqu’à Saragosse. Il y a des rencontres régulières entre la Conseil Régional d’Aquitaine et la province d’Aragon avec toujours le même sujet depuis plus de 40 ans. A chaque occasion on signe un protocole qui n’engage à rien puisqu’il n’y a pas de financement mais cela entretien le lobbying et l’espoir des militants.

- L'Aquitaine et l'Aragon à fond derrière la traversée centrale des Pyrénées par le train

Les Présidents des deux régions, Alain Rousset et Javier Lamban Montanés, ont réaffirmé leur volonté de construire la ligne internationale entre Bordeaux et Saragosse. Ils ont posé un rail sur le tronçon Oloron - Bedous qui devrait être terminé fin juin.

La région Aquitaine et le gouvernement de la région Aragonaise sont main dans la main dans le dossier de la ligne internationale Bordeaux - Pau - Canfranc - Saragosse. Alain Rousset, le président de la région Aquitaine et son homologue aragonais Javier Lamban Montanés ont réaffirmé leur volonté d'aller jusqu'au bout dans ce dossier ce mercredi 24 février. Au programme de leur visite commune des deux côtés de la frontière : la pose d'un rail symbolique sur la ligne Oloron - Bedous. Ils ont également signé une Déclaration commune dans la gare de Canfranc.

- Le défi de taille: le financement!

Les travaux de remise en service de la ligne Oloron - Bedous, en cours, devraient être terminés cet été. Mais il reste encore beaucoup à faire : renouveler la voie entre Bedous et Canfranc, moderniser complètement celle du côté espagnole (signalisation, largeur des voies) et rouvrir le tunnel ferroviaire. Il va aussi falloir trouver des partenaires pour financer le reste de cette voie internationale. _*Le point positif pour Alain Rousset, c'est que *le président Aragonais l'a clairement rejoint dans son combat : *Javier Lamban Montagés a été clair, *_c'est une priorité économique de son gouvernement.

"Ce projet est une priorité de notre gouvernement et il y a, je crois, une cohésion des partis politiques. Cette ligne permettrait à l'Aragon de se positionner comme une grande plateforme logistique dans un monde globalisé avec des liaisons avec les ports de Barcelone, Valence et Bilbao. Nous avons de bonnes nouvelles en ce qui concerne Barcelone. Et dans cette optique, il faut aussi renforcer notre liaison avec la France car cela est primordial pour nous développement".

- "La SNCF est insupportable (...) J'en ai assez!"

Mais la région espagnole ne pourra pas tout faire et la volonté affichée ne suffira pas: il faudra un appui financier fort de Paris et de Madrid, ce qui est loin d'être fait. L'Europe, qui appuie le projet, pourrait également revoir ses crédits. Autre caillou dans le pied d'Alain Rousset : le rôle de la SNCF qui ne joue pas vraiment le jeu dans ce dossier. Il suffit de voir les difficultés sur la ligne Pau - Oloron qui n'est pas la plus pratique et dynamique des lignes ferroviaires du sud-ouest ! Alain Rousset s'en agace d'ailleurs.

"On va essayer d'aller plus loin avec un Appel à Manifestation d’Intérêt au delà même de la SNCF pour trouver des partenaires. La SNCF est insupportable dans cette affaire et en tant que Président de région j'en ai assez!"

Les défenseurs de la ligne internationale espèrent une ouverture courant 2020.

Auteur: Thomas Biet
Source: France Bleu Béarn et France Bleu Gironde du mercredi 24 février 2016