Biodiversité et espèces menacées : comment les écologistes nous manipulent avec les listes rouges de l’UICN

 

Share

Tout le monde, élus, ministres et journalistes, fait confiance à l’UICN, institution en dehors de tous soupçons, ayant récemment obtenu un agrément national "environnement" lui donnant accès aux subventions d’Etat sans avoir à passer par des intermédiaires. Au-dessus de tous soupçons au niveau national en travaillant avec une autre institution des plus recommandables, le Muséum d’Histoire Naturelle.

Le problème est que tout cet ensemble n’est pas clair. C’est le moins que nous puissions dire. De ce fait, nous avons des espèces hyper protégées qui ne devraient pas l’être plus que les dinosaures qui ont disparus de nos contrés. On se demande même pourquoi l’ours des cavernes n’y est pas inscrit et pourquoi on ne fait pas autant de bruit pour le bouquetin des Pyrénées que pour l’ours des Pyrénées qui, l’un et l’autre, n’existent plus. Cherchez l’erreur ! Pour vous y aider, nous proposons un résumé de la situation suivi de liens vers des articles justifiant nos accusations.

Il sera facile de comprendre pourquoi tout le monde s’est fait piéger et devient ainsi victime des excès de l’écologie profonde (deep ecology). Des centaines d’espèces et de milieux ne devraient pas y figurer et ne devrait pas faire l’objet de programmes de protection coûteux et contraignants. Mais derrière, ce sont des subventions importantes pour faire faire à long terme quelques copains sans parler de la mise en place d’une idéologie sectaire.

Louis Dollo, le 14 août 2013


Manipulations de l’UICN

Union Internationale de Conservation de la Nature (UICN) organisme mondial ayant des sections dans chaque pays du monde

 

La protection des loups, ours, lynx, vautours… se base sur la liste rouge de l’UICN dont les listes européenne et française sont non conformes aux règles de l’UICN monde.

  • le pourcentage de la population mondiale d’ours, loups, lynx, vautours présente en France, pourtant obligatoire, n’est pas exprimé.
  • les listes européennes et françaises ne tiennent pas compte du classement des espèces au niveau MONDIAL ce qui est obligatoire!
  • Il est recommandé au niveau mondial de concentrer les efforts (humains et financiers) sur les espèces vraiment présentes dans le pays, « il faut au moins 1% de la population mondiale pour commencer à mettre des moyens pour la protection »
  • Le classement par l’UICN des ours, loups, lynx, vautours, sangliers… est « LC » c’est « Least Concern » : « non concerné » très très peu vulnérable, pas de dangers…

Alors que la population de loup en France ne représente que 0,1 % de la population mondiale, celle d’ours 0,oooooo1%

….. C’est cette liste mensongère qui sert de référence aux sénateurs et députés pour décider des espèces à protéger en France !


Pour en savoir plus….

Et plus spécialement :

Ce document a été réalisé par la Fédération des Acteurs Ruraux en collaboration avec Bruno Besche Commenge de la coordination pyrénéenne ADDIP

 

Haut de page

 

   

Accueil du Monde des Pyrénées
UICN