Les attaques de loups dans les Alpes du Sud en 2012

 

D'autres éléments sur les prédations sont publiés par la Fédération des Acteurs Ruraux et l'association Eleveurs et Montagne


Le Grand Charnier

Accueil du Monde des Pyrénées
Le loup
Le loup dans les Alpes

 

 

 

Des éleveurs s'opposent au puçage électronique des bêtes


Alpes du Sud
- Certains éleveurs prônent la liberté d’élever leurs bêtes comme ils l’entendent. Ils demandent l’abrogation de « récentes obligations inadaptées, onéreuses et abusives », et la première obligation qu’ils souhaitent voir tomber c’est le puçage électronique des brebis et chèvres à la place du simple étiquetage.

La fronde est menée par le Collectif pour la liberté de l’élevage. Le collectif a adressé la semaine dernière une lettre aux 1 300 élus régionaux pour qu’ils puissent signer une pétition. Il estime que cette obligation a pour seul but de faire progresser l’industrie des nanotechnologies sans respecter leur métier. « Il y a des systèmes de traçabilité avec double étiquettes qui fonctionne très bien et on se demande pourquoi ils nous ont obligé à mettre une puce électronique à nos brebis ? C’est en fait pour faire progresser le marcher de l’industrie des nanotechnologies. À courte échéance, c’est la puce, le lecteur et l’ordinateur. Un autre métier. Je précise bien que c’est l’arrêt de l’obligation que nous demandons, on ne souhaite pas l’arrêt du pucage, on ne conteste pas que certains éleveur puissent s’en servir, nous on ne veut pas d’obligation, on veut que se soit le libre choix », a précisé à la radio Alpes1 Alain Guibert, membre Collectif pour la liberté de l’élevage.

Avant la période de transhumance qui approche, le collectif a réussi à faire signer la première personnalité politique, ce lundi matin. Il s’agit du vice-président de la Région Provence-Alpes-Côte-D’azur, Christophe Castaner.

Source : Alpes 1 du 19 juin 2012

Haut de page

Hautes-Alpes : attaque supposée du loup dans le Dévoluy


Hautes-Alpes -
Le loup aurait attaqué dans la nuit de mardi à mercredi un troupeau en pâture dans le Dévoluy. Le cadavre d’une bête a été découvert ce mercredi matin sur une piste VTT de la commune d’Agnières-en-Dévoluy. Le troupeau était en pâture sur des pistes de la station de la Joue-du-Loup. Les agents de l'Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage(ONCFS) ont réalisé les constatations et les prélèvements. Les résultats d’analyses doivent déterminer si le canidé est responsable de cette attaque.

Source : Alpes1 du 4 juillet 2012

Haut de page

Des campagnes de sensibilisation autour des chiens patous


Hautes-Alpes -
Vous allez surement partir en randonnée cet été dans les Alpes du Sud, et vous risquez de croiser des chiens patous. Pour la 4ème année consécutive, la Maison de la Nature des Hautes-Alpes organise une campagne de sensibilisation sur plusieurs chemins de randonnée. Des animateurs iront à la rencontre des touristes pour leur parler des chiens de protection et du respect des troupeaux en alpages.

Depuis le retour du loup en France dans les années 90, les chiens de protection sont venus renforcés les troupeaux. Et parfois, ça peut surprendre les touristes de passage. « Quand il va voir un potentiel danger, en tout premier il va se signaler : il aboie. Ensuite, il va venir vérifier, donc il arrive en courant et en aboyant. On voit débouler cette grosse boule de poil et là on se demande ce qui va se passer »,a raconté sur Alpes 1 Natacha Heitz, organisatrice. Alors que faire ? Et bien, ce qui sera expliqué aux randonneurs du 10 juillet au 31 août en Clarée, Guisane, dans le Morgon ou le Dévoluy. Le plus souvent, il faut rester clame, attendre le chien, lui parler, le caresser, et attendre qu’il vous laisse partir tranquillement.

Une campagne de sensibilisation en alpage, qui pourra se prolonger lors de 10 cafés patous organisés sur tout le département cet été.

Le programme des maraudages :

> Du 10 au 13/07 : refuge du Chardonnet (Névache)

> Du 17 au 20/07 : refuge du Chardonnet (Névache)

> Du 24 au 27/07 : Col de Rabou (St-Etienne-en-Dévoluy)

> Du 31/07 au 3/08 : Les Drayères (Névache)

> Du 7 au 10/08 : Pont de l’Alpe (Monêtier-les-Bains) & Col de Rabou (St-Etienne-en-Dévoluy)

> Du 14 au 17/08 : Pont de l’Alpe (Monêtier-les-Bains)

> Du 21 au 24/08 : Les Drayères (Névache)

> Du 28 au 31/08 : Le cirque du Morgon (Embrunais)

Le programme des cafés patous :

> 12/07 à 17h30 : refuge du Chardonnet (Névache)

> 16/07 à 18h30 : Salle des fêtes d’Embrun

> 19/07 à 17h30 : refuge du Chardonnet (Névache)

> 25/07 à 18h00 : Col de Festre [Dévoluy)

> 2/08 à 17h30 : Les Drayères (Névache)

> 8/08 à 18h00 : La Joue du Loup (Dévoluy)

> 14/08 à 21h00 : Maison du Parc National des Écrins à Vallouise

> 16/08 à 18h00 : Salle de l’Office du Tourisme à Vars

> 23/08 à 17h30 : Les Drayères (Névache)

> 29/08 à 18h00 : Salle des fêtes d’Embrun

Source : Alpes 1 du 9 juillet 2012

Haut de page

Les attaques du loup en baisse dans les Alpes du Sud


Alpes du Sud -
La période de transhumance vient de se terminer. Cela fait une semaine que les troupeaux ont rejoint leur pâturage en montagne, venus pour certains du Sud de la Région Paca. De part le grand nombre d’animaux en montagne, les attaques du canidé devraient s’accentuer cet été. Le comité départemental loup s’est réuni vendredi 29 juin pour les Hautes-Alpes. Il n’a pas encore eu lieu dans les Alpes de Haute-Provence.

Le constat est le même sur nos deux départements : les prédations sont en baisse. Dans les Hautes-Alpes depuis le début de l’année, les services de l’Etat compte 14 attaques où le loup a de fortes chances d’être impliqué. Ces 14 attaques ont provoqué la mort de 44 bêtes. Sur la même période l’année dernière, de janvier 2011 au 9 juillet 2011, les services de l’Etat dénombraient 44 attaques pour 208 animaux morts. En ce début de mois de juillet, ce département a payé un assez lourd tribut. On ne sait pas encore si les victimes ont été tuées par le loup, les analyses sont en cours mais en une dizaine de jours il y a eu deux bêtes mortes à Saint-Etienne-en-Dévoluy, une à Saint-Disdier, deux à la Roche-de-Rame et une à Eygliers, soit six victimes de morts non-naturelle.

Dans les Alpes de Haute-Provence, le nombre de prédations est en plus légère baisse par rapport à 2011. A la date du 1erjuin, le canidé a attaqué 17 fois, provoquant la mort de 60 animaux, toutes espèces confondues. En 2011, toujours sur la même période, il y avait 98 morts pour 22 attaques.

« Le mode opératoire du loup est différent de celui du chien. Souvent affamé, il dépèce entièrement l’animal et écrase les voix respiratoires de sa victime. C’est comme cela qu’on le reconnait », précise à la radio Alpes1 le responsable de l’association Férus dans les Alpes du sud.

Dans le département des Hautes-Alpes, une nouvelle zone de présence permanente a été repérée, dans les Ecrins, proche de Saint-Crépin. Une ZPP qui vient se rajouter aux cinq autres : La Clarée, Queyras/Béal, Dubon-Joucou, la zone du Parpaillon/Ubaye et Céüze proche de Gap. Ces zones de présences permanentes qualifient l’installation sur ce secteur d’une meute. Des zones qui ne comptabilisent donc pas la présence de loups solitaires.

Pour repérer de nouveaux individus, dans un mois, début août, l’Office national de la chasse et de la faune Sauvage organisera les « hurlements provoqués ». Plusieurs groupes imiteront le hurlement du loup, dans les zones de présences permanentes en espérant entendre la réponse des nouveaux nés, apparus en mai dernier.

Source : Alpes 1 du 10 juillet 2012

Haut de page

Nouvelle attaque du loup dans les Alpes de Haute-Provence ?


Alpes de Haute-Provence -
Le village d’Authon, lieu de vie d’une quarantaine d’habitants, mais aussi celui d’une meute de loup. Un canidé qui aurait attaqué dans la nuit de lundi à mardi tout d’abord une brebis isolée en dehors du parc, puis une autre exploitation. Cinq brebis ont été blessées, deux autres ont été tuées. Le canidé, un visiteur régulier selon le maire, Alain Bahon : « J’ai demandé à la préfecture qu’on fasse appliquer les tirs de prélèvement ou d’effarouchement. Les éleveurs vont remplir leurs dossiers rapidement. S’il y avait un tir ou deux sur la commune, le loup serait peut être méfiant », a-t-il précisé à la radio Alpes 1.

Du côté de la préfecture, il faut respecter le protocole loup. Pour l’instant, les constats sont en cours auprès de l’Office National de la Chasse, même si l'organisme a de « fortes présomptions » que le canidé soit le responsable. Les mesures de protection ont été mises en place. Selon le protocole, viendraient également des mesures d’effarouchement et des tirs de prélèvement si le canidé continue à sévir. En tout cas, c’est ce que demandent les éleveurs, mais aussi les élus, notamment le maire de Sisteron. Pour le moment, aucun tir de prélèvement n’a été autorisé dans le département des Alpes de Haute-Provence, contre deux l’an dernier : l’un à Thorame où un jeune loup avait été abattu, et l’autre à Enchastrayes, qui s’est avéré infructueux.

A ce jour, le loup a attaqué 40 fois en faisant plus de 160 victimes. C’est beaucoup moins que l’an dernier à la même époque, où l’on relevait 67 attaques, pour plus de 360 animaux tués. Raison principale de cette diminution selon la préfecture : l’amélioration des mesures de protection auprès des élevages.

Source : Alpes 1 du 20 juillet 2012

Haut de page

Attaques du loup : les chiffres de la prédation explosent


Les attaques s'intensifient depuis 10 jours à Beaujeu ou Clamensane

Le bilan de la prédation dans les Alpes-de-Haute-Provence faisait apparaître, au 1er juillet, 30 attaques imputées au loup et 102 victimes. Ces derniers jours, les chiffres ont évolué de manière très significative avec plusieurs attaques sur des troupeaux ovins perpétrées à Clamensane, Authon ou encore sur la montagne du Blayeul, à Beaujeu.

Une macabre liste loin d'être exhaustive ! "En quatre jours, nous dépassons le nombre d'attaques et de moutons tués relevé l'année dernière à la même période", commente Yves Derbez, président de l'association "Eleveurs et montagnes" et membre du Comité national loup.

Le loup en fuite

"C'est très inquiétant !" Sylvie Espécier, sous-préfète de Barcelonnette en charge du dossier loup, s'attendait à cette recrudescence. "Il n'y a pas de raison que le nombre d'attaques, qui a doublé en 2 ans, diminue cette année", avait-elle déclaré récemment.

À Authon, sur la montagne des Monges, le troupeau de 750 moutons du Groupe pastoral de Costeblle/Les Monges a subi à deux reprises des prédations : dans la nuit de dimanche à lundi puis mercredi matin, en plein jour, en présence de la bergère et des chiens de protection qui ont mis le loup en fuite. Un loup a été aperçu peu de temps avant par Alexandre Féraud, un des éleveurs, venu sur le terrain constater les dégâts de la première attaque qui s'est soldée par une brebis tuée.

À moins de 150 mètres de l'école de Clamensane

Autre pâturage et autre attaque. Sur la montagne du Blayeul, à Beaujeu, une prédation s'est, là encore, déroulée en plein jour, au nez et à la barbe du berger et des chiens de protection du troupeau de 1863 têtes de bétail. Ce n'est que le lendemain de l'attaque que le berger a constaté les blessures sur un jeune tardon et quatre autres ovins.

Après comptage du troupeau, des recherches ont été entreprises pour retrouver le bétail manquant. Neuf brebis tuées ont été localisées, douze manquent toujours à l'appel soit un bilan de 26 ovins blessés ou tués !

Des brebis égorgées, saignées, décapitées, éviscérées

À Clamensane, lassitude, tristesse et sentiment de colère ont submergé Jean-Claude Violano et sa famille lorsqu'ils ont découvert le carnage fait, dans la nuit du 10 au 11 juillet dernier, à leur troupeau, qui pâturait à proximité immédiate du village. À moins de 150 mètres de l'école du hameau, ils ont assisté à un spectacle de désolation. Pêle-mêle, ils ont retrouvé des brebis égorgées, saignées, décapitées, éviscérées pour être mangées.

Le bilan de cette attaque est lourd : 30 bêtes sont mortes, 5 brebis gestantes blessées avec de forts risques d'avortement. Un agent de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage a réalisé un constat. Pour l'éleveur, pas de doute : de tels dégâts ne peuvent être que l'oeuvre d'une meute de loups. Affaire à suivre.

Auteur : Sylvie Arnaud (avec A.N.)
Source : La Provence du vendredi 20 juillet 2012

Haut de page

Nouvelle attaque du loup dans les Alpes-de-Haute-Provence


Après les attaques du loup à Authon, sur la montagne de Blayeul à Beaujeu et à Clamensane, les brebis de Patrick Ailhaud à Esparron-la-Bâtie (commune de Bayons) ont été attaquées dans leur parc durant la nuit du vendredi 20 au samedi 21 juillet.
La clôture électrifiée de 1,80 m subventionnée par le Cerpam avait été installée en 1998, un second parc en bois au sein de cette espace clôt protégeait le troupeau.
Trois chiens de berger d'Anatolie assuraient la garde et l'éleveur venait régulièrement dans cette bergerie de Garnaysse. Une brebis et un agneau sont morts. L'agneau éviscéré a été retrouvé coincé sous les fils de la clôture.
L'agent de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage a constaté les dégâts. C'est la troisième attaque en un mois et demi. Les précédentes ont eu lieu les 28 juin et 10 juillet.

Source : La Provence du mardi 24 juillet 2012

Haut de page

11

 

11

 

11

 

11

 


Le Grand Charnier

Accueil du Monde des Pyrénées
Le loup
Le loup dans les Alpes