Loup dans les Alpes : situation catastrophique

 

Il n’y a pas de jours où le loup n’attaque pas un troupeau quelque part dans les Alpes. C’est même plusieurs troupeaux. Et pas qu’une seule brebis à la fois pour manger. C’est parfois par dizaines. Face à une telle situation de nombreux éleveurs sont en totale détresse. Lorsqu’il s’agit de maladie ou même de chiens, il y a toujours une solution pour agir et enrayer le phénomène de mortalité. Avec le loup, l’éleveur est condamné par une législation de protection stupide à regarde le prédateur massacrer son outil de travail et de revenus.

 


Yves Derbez, Président de l’association Eleveurs et Montagnes, lance un cri d'alarme. Sur le site de l’association nous pouvons lire :

« La situation s'aggrave de jour en jour dans les Alpes, a déclaré ce matin sur internet Yves Derbez. La messagerie du président d'Eleveurs et Montagnes est saturée d'appels d'éleveurs inquiets et en colère qui lui signalent plusieurs attaques de loups chaque jour. L'ONCFS reconnaît enfin de son côté que les loups sont partout.

« Malgré les appels lancés par Yves Derbez, rien n'a bougé du côté des autorités et le président d'E&M craint maintenant qu'en désespoir de cause, les éleveurs ne finissent par organiser eux-mêmes des battues pour se défendre.


« Yves Derbez lance un appel aux députés des Alpes-de-Haute-Provence, Christophe Castaner et Gilbert Sauvan, pour qu'ils interviennent auprès du gouvernement avant que la situation ne dégénère et devienne incontrôlable. Il s'est adressé aussi au président de la République et lui demande par courrier d'intervenir au plus vite pour aider les éleveurs désemparés »
.
Pour en savoir plus....


Du côté de la fédération des Acteurs Ruraux, la situation n’est pas meilleure. Les infos sont si nombreuses qu’elles ne peuvent pas toutes être mises en ligne sur le blog de la FAR.Nous ne disposons pas de statistiques précisent. Il faudra attendre la descente d’alpage. Mais déjà, selon les résultats actuels, il semble bien que des records de prédations seront atteints.

Les syndicats d’éleveurs s’inquiètes également. Une réunion a eu lieu le 19 juillet dernier à Valence où il a été acté un certain nombre d’actions pour que l’Etat prenne ses responsabilités face à ce qui est déjà appelé une catastrophe humaine sociale et économique pour bon nombre d’exploitation. Une régulation du loup d’impose de jours. Mais le problème est bien de connaître la vérité sur le nombre de bêtes qui, officiellement et assez peu probable, stagne à 200 depuis plusieurs années alors que des voix internes à l’ONCFS indiquent que le chiffre réel serait 3 fois plus importants.

Le risque évoqué sans le nommer par Yves Derbez et beaucoup d’autres responsables associatifs est que, face à l’inertie administrative étatique,  les éleveurs passent discrètement à l’action sans faire de détail sur les destructions de régulation. Dans ces conditions, quelles seront les réactions face aux milices annoncées de FERUS… si elles existent.

Louis Dollo, le 27 juillet 2012

 


Le Grand Charnier

Accueil du Monde des Pyrénées
Le loup
Le loup dans les Alpes