Tirs de prélévements et de défense en 2015-2016 en France

 

Il s'agit de la présentation des données officielles des loups abattus au cours de la période protoclaire du 1 juin 2015 au 31 mai 2016. Il n'est évidemment pas question des tirs officieux ou non déclarés dits " de braconnage" qui, par définition, ne sont pas connus ou relèvent de la simple rumeur. Ces tirs sont particulièrement encadrés par une législation et des textes réglementaires. Ils sont légaux même si certaines organisations dites « de protection de la nature » ou « écologistes » le contestent.


Les autorisations de tirs sont trop limitées pour contenir l’évolution de la population de loups. Ils correspondent à tout juste 10% de la population supposée officielle alors que le taux d’évolution est d’au moins 20%. Une situation qui ne peut guère satisfaire les éleveurs confrontés aux prédations et qui ne remplit pas les obligations de l’article L 113-1 du Code Rural imposant à l’Etat d’assurer la protection des troupeaux et la pérennité des exploitations. Les Préfets et les Ministres de l’écologie et de l’agriculture sont personnellement responsables de l’absence de respect d’application de ce texte. Curieusement, personne n'en fait état.

Selon des indiscrétions, le quota du nombre de loups à abattre serait de 36 pour la prochaine période. A quoi bon si tout est mis en oeuvre pour que ce quota ne soit jamais atteint notamment l'absence de conditions juridiques permettant aux associations de protection des loups d'attaquer systématiquement les arrêtés de tir. Pas sûr que le dispositif de protection des troupeaux contre la prédation constitue la solution miracle pour sauver le pastoralisme

  • Ardèche
  • Lozère
  • Haute-Loire

Conditions de destruction du loup pour la période 2015-2016

Ouverture de la chasse 2015 et les tirs de prélévements du loup
Loups prélevés et tués pour la période 2015-2016

Prélèvements de loups : le compte n'y est pas pour la période 2015-2016

Haut de page


Le Grand Charnier
 

Accueil du Monde des Pyrénées
Le loup