Un loup tué sur l'autoroute A570 : Les prédateurs se rapprochent des villes... comme Hyères

 

En montagne, les loups ne sont absolument pas craintif de l'homme. Ils s'approchent des troupeaux en plein jour devant les bergers, ils circulent sans crainte à proximité des cabanes et des villages. Les voilà maintenant qu'ils s'approchent des zones urbanisées des villes. Ils sont réguilièrement observés sur les bords de routes et autoroutes.

L'animal percuté sur l'A570 à l'entrée de Hyères est bien un loup


Les analyses dilligentées par les services de l'Etat ont parlé. L'animal percuté par une voiture dans la journée du 4 janvier sur l'autoroute A570 est un "vrai" loup, a-t-on appris auprès de la préfecture du Var. "Il n'y a plus de doute."

L'animal avait été percuté en pleine journée par une automobiliste à moins de cinq kilomètres de la ville de Hyères. La conductrice n'avait d'ailleurs jamais douté qu'il puisse s'agir d'un loup : "Ça ne pouvait pas être un chien."

Le nombre de loups tués dans le département est donc passé à deux spécimens depuis la validation du "plan national loup" en mai dernier. Le premier loup avait été tué lors d'une battue sur le plateau de Canjuers en décembre 2013.

Le préfet a par ailleurs annoncé la publication de nouveaux arrêtés autorisant les tirs de prélèvement (notamment à Canjuers), suite à l'annulation de ses précédentes décisions en la matière par le tribunal administratif de Toulon.

De quoi provoquer l'ire des associations qui avaient attaqué ces textes devant la juridiction administrative. Ainsi, la LPO Paca et Férus s'adressent au préfet dans une lettre ouverte (PDF) affirmant que "le retour du loup dans le Var est une chance pour la biodiversité du département".

Source : Var Matin du vendredi 10 janvier 2014

Haut de page

Hyères - Loup percuté sur l'A570: "J'ai eu la frayeur de ma vie"


L'automobiliste qui a renversé l'animal présenté comme un loup n'en démord pas. "Ça ne pouvait pas être un chien." Les résultats des analyses ADN diligentées par la préfecture sont toujours en cours.

"Il avait les poils poivre et sel, le museau fin et pointu, il ne portait pas de collier et puis il ne courait pas du tout comme un chien", raconte Charlotte qui a eu du mal à convaincre son entourage de sa mésaventure. "Mon mari m'a dit que ce n'était pas possible à trois kilomètres du centre-ville."

Et pourtant, il s'agit "très probalement" d'un loup, selon les experts départementaux qui attendent le résultat des analyses ADN pour lever les derniers doutes. L'automobiliste se rendait à Hyères ce samedi, quand elle a percuté l'animal vers midi sur l'autoroute A570.

"Je roulais sur la voie de gauche, l'animal est arrivé par la droite, il a sauté par dessus la barrière comme pour un saut de haie... Il a traversé la bande d'arrêt d'urgence, la voie de droite... Il pleuvait, je n'ai pas pu l'éviter, j'avais mon bébé à l'arrière et une voiture me suivait. J'ai eu la frayeur de ma vie."

L'animal a été projeté au niveau du terre-plein central. La jeune femme a poursuivi sa route jusqu'à Hyères. "C'était impensable de m'arrêter sur l'autoroute, et puis imaginez si le loup était seulement blessé, je me serais retrouvée face à lui seule avec mon bébé."

L'automobiliste, qui a photographié les poils gris coincés à l'avant de sa voiture, attend la visite de l'expert envoyé par son assureur ce vendredi.

Source : Var Matin du jeudi 9 janvier 2014

Haut de page

Un loup errant jusqu'aux portes d'Hyères ?


Des analyses sont en cours pour déterminer la nature d'un animal percuté par une voiture sur l'A570 entre Toulon et Hyères. Il s'agit "très probablement" d'un loup.

L'animal a été percuté samedi entre midi et une heure de l'après-midi sur l'autoroute à proximité de la sortie de La Crau, ont précisé les autorités, confirmant une information de France Bleu Provence.

La dépouille a été confiée ce lundi au laboratoire départemental d'analyse à Draguignan pour une autopsie et une étude génétique réalisées "en urgence". Il s'agit "très probablement" d'un loup, un mâle de 29 kilos dont l'âge est estimé à trois ou quatre ans.

Selon les spécialistes, la présence d'un loup en milieu urbain ou périurbain est parfaitement possible. Mais l'hypothèse qu'il s'agisse d'un hybride n'est pas tout à fait exclue (la dernière fausse alerte aux loups dans le Var remonte à février 2013).

"Les loups ont de moins en moins de terrains de chasse, alors dans certaines régions, ils n'hésitent déjà pas à traverser des ponts, des routes et à se rapprocher des habitations pour chercher de la nourriture."

Selon cet éleveur de loups, "vous ne risquez rien si vous rencontrez un loup, c'est un animal craintif très méfiant".

Source : Var Matin du mercredi 8 janvier 2014

Haut de page


Le Grand Charnier

Accueil du Monde des Pyrénées
Le loup
Présence, suivi et localisation des loups en France